Projet chaos

La croisade écarlate
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude

Aller en bas 
AuteurMessage
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:40

Voia j'ai trouvé cette petite merveille alors jvous le fait partager, c'est l'hsitoire d'Anhyanka une petite druide de la horde.

Allez j'en dis pas plus je vous laisse decouvrir ses talents :


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:41

Episode 1 : Danse avec les Ours

« Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, j’ai enfin ma forme de nounouuuuuuuuuuuurs »


A peine mon enseignement druidique commencé depuis quelques heures, je me retrouve devant mon maître druide de Thunder Bluff sautillant comme une folle en le regardant. Ma maman, également druidesse de son état, m’avait un jour dit :

« Trois voix te seront accessibles ma fille quand tu atteindras un niveau adéquat : la capacité de blesser par l’esprit et par les forces de la nature, en canalisant tes pouvoirs et en projetant leur force sur l’ennemi – mouais … moi et la canalisation ça faisait deux, j’en ai vu un une fois en « Sélénien » (moi je dirais plutôt Poulet croisé avec un Troll des montagnes), choix suivant - ; tu pourras soigner, venir en aide aux âmes égarées, protéger nos combattants comme je l’ai fait à maintes reprises avant l’ère du heinpouinouite – erf, une fois j’ai voulu soigner comme Maman un écureuil mal en point, tout ce que j’ai réussi à faire c’est un méchoui puant …:/ - ; et enfin ma fille, il te reste un choix, celui de défendre grâce à tes crocs et à tes griffes le monde qui nous entoure. Cenarius, ainsi que tous les esprits de la forêt et de la nature communient avec nous. C’est une voie guerrière ma fille, je ne te le cache pas, mais de plus en plus d’entre nous entrent dans ce chemin. Libre à toi maintenant de choisir ».

M’enfin pas bête Anhya (vous noterez d’ailleurs l’ironie des mots), j’avais déjà choisi : VEUX ETRE FERAAAAALE.

Soit… Cependant, avant d’avoir ma forme d’ours, le féral est un bien grand mot. Armée d’un bâton, d’un ou deux sorts et d’un toucher guérisseur je me prépare alors à prouver ma valeur…

… difficilement…

Comment vous résumer mes premières heures ? Pensant me guérir, je concentre ma colère sur un loup, qui bien sur, comme tout bon loup qu’il est, m’attaque et me mord. Furieuse : un coup de bâton, lui il s’énerve et hop me remord, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’un de nous deux meurt (de rire). C’est alors que ma vie semble revenir à grand pas, je me retourne et vois un charmant Tauren chaman qui vient de me soigner.

… Un point pour les éléments, zéro pour Anhya…

Admettons ! Décidée à ne plus quitter mon sauveur (je réalise d’ailleurs maintenant que je ne lui ai pas demandé la permission ni son avis !) je parviens à me fortifier et à recevoir un petit courrier de Môssieur le grand Maître Druide de Thunder Bluff. Ennuyée et fatiguée d’avoir crapahuté jusqu’en haut de la Cime des anciens (elle est bigrement loin par rapport au reste !), j’écoute ce qu’il me raconte d’une oreille distraite. « Blablabla voie du druide blablabla développez vos talents blablabla sélénien à tuer puis voyage à Reflet de Lune pour espérer apprendre comment se métamorphoser en ours. »

Levant les yeux et m’imprégnant de ce qu’il venait de me raconter, je fonce accomplir mes missions. Vous vous en doutez, seule j’ai du affronter l’esprit du Destin qui me réprimanda sur le nombre de fois ou elle avait du me reconduire à mon cadavre (comme si j’avais une mini carte dans la tête !!!) et je recroise le chemin de mon chaman précédemment non-nommé. Noumok de son petit nom, il accepta de me porter secours et le sélénien invoqué ne resista pas longtemps. Toute fière, je poursuis ma quête à Reflet de Lune et parle à l’Esprit de l’Ours (ou je crois en tout cas que c’était quelque chose comme ça) qui me renvoie vers Môssieur le Maître Druide pour terminer cette quête harassante.

Et nous voilà donc, moi dansant en face du vieux tauren, toute fière d’avoir appris comment me transformer. Ne souhaitant pas faire d’impairs devant de grands Druides, je m’éclipse et me mets à l’écart. Je ferme les yeux, me concentre intensément et je sens mes muscles, et mon corps de manière générale, gonfler pour atteindre des proportions plus qu’imposante et fière comme un traqueur des prairies, je me rends au centre de Thunder Bluff pour admirer ma nouvelle forme plus avant.

Alors que j’avance, des yeux se tournent vers moi, tantôt amusés, tantôt choqués, tantôt intrigués. Je me rapproche du point d’eau et me penche au dessus pour regarder le résultat…

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH c’est quoi ces cornes !!!! »

Erf, deux protubérances émaillés me sortent du crâne. Je trouve cela certes absolument délicieux sur mon peuple mais sur un ours censé effrayer le chaland, je ressemble davantage à une bête de foire…

Mon orgueil dépassé, je me rend dans les plaines de Mulgore essayer de taper du loup avec cette forme (que je n’ai toujours pas quitté de peur de la perdre). L’un d’eux se lèche tranquillement la patte au milieu d’une petite plaine et je fonce tête baissée.

« BONZAIIIIIIIII » rugis-je en me ruant sur la bête (oui Bonzaï est communément crié par les Taurens de Mesa de Nuage rouge).


La bestiole se retourne et écarquille les yeux en voyant mon énorme masse lui foncer dessus. Il se met en position d’attaque et se jette à son tour dans ma direction. Le choc est brutal, mais son corps frêle est ébranlé par ma stature. Il me mord la patte (Aïïïeuh) et pousse un gloussement de triomphe. Enervée et lancée par la douleur, je grogne et balance mon autre patte. Le coup est unique, fatale et puissant. La bête tourne sur elle-même et retombe dans un bruit sourd, morte.

« Mouahahaha , hurle-je, je suis la meilleure ! »

Point de vue que ne semblent pas partager les trois grognements qui me parviennent de derrière.

Je ne vous fais pas de dessin, autant vous dire que l’esprit du Destin (qui entre parenthèse fumait une sorte de tube étrange) soupire en me voyant. « Je connais la chanson, oui, ressuscitez moi et qu’on en parle plus. Le quoi ? Le mal de résurrection ? Oui ben je serais malade quelques heures ! T’façons je vais me coucher ! Fatigante la journée ! Ah pour vous aussi ! Oui ben on en discute la prochaine fois, là je voudrais à nouveau être corporelle ! ».

Et moi de rentrer me coucher, éreintée et malade à l’auberge de Thunder Buff.

Meute de loups : 1, Anhyankours : 0

Ma vengeance sera terrible …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:43

Episode 2 : Une Taurene à la Croisée

V’là maintenant plusieurs jours que je suis capable de me transformer en ours. Une baffe par ci, une mutilation par là, la « feral attitude » me plait bien. Surtout que, pas folle la guêpe, j’ai aussi appris à maîtriser ces fameux sorts de soins.

Les premiers résultats n’ont pas été très probants, la nature n’étant pas prompte à répondre. Alors que je tente de me soigner face à une espèce de scorpion étrange, lui continue de me frapper. Le sort que Môssieur le Maître avait appelé « Toucher Guérisseur », n’a de toucher que le nom ! Environ quatre secondes (Maman m’avait offert un tic tac gnome pour mes 5 ans) pour convaincre les esprits de la nature de consentir à me ré insuffler un peu de vie. Bref, après de nombreux passages au cimetière, j’apprends maintenant à prendre les devants.

Sortie de Mulgore depuis quelques jours, je m’amuse un peu du côté du camp Taurajo. Mais vite lassée par la faune ambiante, je me dis qu’il est maintenant temps que mon Ours et moi nous allions découvrir le vaste monde. Un illustre inconnu me demande d’apporter un paquet à l’aubergiste de la Croisée, qui est semble-t-il située plus au nord dans les Tarides.

En route donc !

Méfiante, je jette souvent un coup d’œil à gauche, puis à droite, voyant de loin des raptors qui ne doivent pas être très accueillants. Essayant autant que possible (pas facile quand vous êtes en ours) de me faire petite en me disant que de toutes façons la Croisée ne doit plus être bien loin, je cours à en perdre haleine. J’entend soudain un « huuuuuh » derrière moi et me retourne pour voir de quoi il s’agit.

Et là je les vois. Quatre pattes, deux bras, une lance énorme, et flanqués de quatre chiens-coyotes, deux centaures Kolkars se sont jeté à ma poursuite. Après un rapide examen de la situation (2 centaures + 4 coyotes – sorts de soins défectueux = MAYDAY MAYDAY fuiiiiiiiiiiiiiir), je tourne les talons et court à en perdre haleine en direction du poste qui sera mon sauveur : la Croisée.

Elle est enfin en vue … tout autant que mes poursuivants qui ne semblent pas disposés à me lâcher. Les portes se rapprochent et pas un garde à l’horizon …

Bizarre.

J’entre en trombe dans le camp et m’arrête nette, stupéfaite. Pas un chat et des cris s’élevant du nord. Seulement mes assaillants eux ne se sont pas arrêtés et …

« Encore vous ! s’exclama l’esprit du Destin.
- Et oui. Au fait, je m’appelle Anhyanka. Ce sera plus convivial comme ça la prochaine fois.
- Si vous le dîtes soupira-t-elle. Moi c’est Nadine. Ne rigolez pas, c’est déjà dur à porter !
- Enchantée », lui souris-je.

Et moi de réintégrer mon corps. Mes agresseurs disparus, les bruits toujours violent, je me dirige vers l’origine de ce brouhaha infernal. Enfin plus près du tumulte, je constate que des Taurens, des orcs, des morts vivants ainsi que des trolls se trouvent là, armes au poing, bandages sur les bras. Un peu plus en retrait j’observe un jeune tauren que je connais désormais bien.

« Naumok !
- Ah tiens, Anhyanka, répondit-il impassible
- Qu’est ce qu’il se passe ici ?
- Oh rien, mon mentor m’en avait parlé. Des membres de l’Alliance viennent entraîner nos troupes ».

Décidée à en savoir plus, je traverse la foule des combattants et me retrouve … au milieu du champ de bataille. Néanmoins un détail me surprend, personne ne semble vouloir s’en prendre à moi. « Chouette » me dis-je.

C’est alors que je vois un pauvre troll affreusement blessé qui tente tant bien que mal de se réfugier à l’intérieur de la Croisée. « Allez Anhya, c’est le moment où jamais de tester tes talents ». Ni une ni deux, j’en appelle à la Terre (qui comme d’habitude sonne occupée) et arrive à soigner un tout petit peu le troll qui semble très expérimenté.

suite de l'épisode 2


Et là c’est le drame. Mon champ de vision se remplit d’humains, d’elfes et de nains qui fondent sur moi et …

« Re Nadine… ».
L’esprit du Destin éclate de rire en me voyant et se roule un autre tube fumant. Je constate qu’à ma droite, un autre fantôme vient d’apparaître : Naumok.
« Naumok ! Qu’est-ce que tu fais là ?
- J’ai voulu te soigner, répondit-il en haussant les épaules.
- Erf. Remarque comme ça tu rencontres Nadine. Naumok voici Nadine, Nadine Naumok ».

No comments.
Toute ressemblance avec les tribulations d'une certaine démoniste est purement accidentelle (ahem ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:45

Episode 3 : Sea World

Sévissant depuis plusieurs jours dans la région de la Croisée, j’ai enfin appris à contrôler un peu mieux mes pouvoirs (m’enfin évidemment tout est relatif). Bien remise de ma précédente incursion dans la bataille (qui sont désormais quotidiennes, voire… horaires…), je laisse de côté ces étranges créatures humaines, elfes, et surtout le plus curieux : gnomes.

Faisant le compte de mes différents exploits (à savoir les innombrables raptors, trotteurs, chasseresses, dos-hirsutes, lézards tonnerre, zébras, j’en passe et des meilleurs…), j’en viens à la conclusion que je commence à m’ennuyer.

Il est quand même à noter que mon ami Naumok le Chaman ne me quitte plus. Une sorte de lien indescriptible nous unie, je dirais … ou plutôt une vraie nécessité parce qu’admettons-le, seule, c’est pas gagné.

Me prélassant au soleil, sur la petite butte en bas de la tour de garde, une voix gutturale me prend à partie.

« Hey la Diva, t’as du courrier »

T’as de la chance d’être de quelques années mon aînés sinon … DU COURRIER ! Yeeeha. Allons voir. Je saisis la petite lettre et le déchire avidement.

Déception.

Mon maître druide, Môssieur le Maître druide souhaite me voir. Qu’est-ce que j’ai encore fait ?

Un vol de wyverne, un coup de soleil et un atterrissage difficile plus tard, me voici sur la (toujours lointaine) cime des Anciens. Le grand Môssieur Druide est là, un regard sévère sur les yeux.

« Ma jeune amie, est venue l’heure d’obtenir ta deuxième forme. Je t’invite à aller rencontrer deux personnes à Reflet de Lune. Elles seules te diront que faire. Pars dans l’honneur et allez en compagnie de la Terre-Mère ! »

Mouais… Tout ça pour ça. Mais tout ce que je retiens c’est une deuxième forme. Yeeeeha. Je fais donc déjà des plans sur la comète imaginant un tigre redoutable, ou mieux une pieuvre géante et tentaculaire qui … mais je m’égare.

J’incante donc mon sort pour Reflet de Lune et au moment de disparaître, un éclair me passe en tête. Qui suis-je supposée rencontrer à …

… Reflet-de-Lune. Erf, trop tard, j’y suis. Il me reste donc à chercher ces deux énigmatiques personnes dans ce non moins énigmatique endroit.

Je ne m’étais pas trop attardée sur les environs lorsque j’étais venue la première fois. C’est assez curieux de voir tous ces elfes et ces taurens cote à cote. Même si je ne lis effectivement aucune animosité sur les visages de ces grandes oreilles, je n’en garde pas moins une certaine méfiance à leur égard.

Enfin bref, m’armant de patience et de mon plus beau sourire (c’est à dire autant que possible lorsqu’on possède un mufle… no comments), me voilà en train de harceler tous ces bons elfes et taurens hippies.

« Z’avez pas vu un gars ou une fille ou un tauren qui saurait par le plus grand des hasards me parler d’une mission à propos d’une nouvelle forme de druide ? »
« Bonjour. Vous me paraissez très sympathique pour un elfe, vous connaissez quelqu’un qui donne une mission ici ? »
« Chéri, ça fait une heure que je tourne là, où il est l’imbécile qui m’explique comment obtenir ma nouvelle forme »
« J’EN AI MAAAAAARRRRRE ! COMMENT J’OBTIENS MA NOUVELLE FOOORMEEUUH ! ».

Après une consultation avec une elfette qui m’a fait fumer une espèce d’herbe étrange, me voilà de nouveau calme et reposée (on va dire ça …) et quelqu’un accepte enfin de me conduire aux deux personnes censées m’expliquer la suite des évènements.

Deux parties d’un même médaillon, un sur chaque continent. Woh punaise ! J’ai déjà du mal à trouver deux péquins dans un bled hippie alors deux MOITIES d’un bijou obscur disposées à plusieurs centaines, voire milliers de kilomètres d’écart me semble un écueil bien trop dur à surmonter.

M’enfin soit. A chacun sa branche de frêne à porter.

De retour à Thunder Bluff (c’est à dire en Hippogriffe par dessus un nombre incalculable de ville ennemis, bien évidemment pourvus en catapulte… arrivée vivante oui, fan des hyppo non), je me creuse la tête pour essayer de savoir par quel bout prendre le problème.

C’est alors que mes poils se hérissent, comme en réaction à un abaissement de température. J’en trouve instantanément la cause quand une main se pose sur mon épaule.

« Bonjour jeune tauren, me susurre la voix »

Un mort vivant se tient devant moi, un sourire aux dents jaunis traversant son visage. Ageriss. Le mage m’avait une fois sauver la vie dans Mulgore lorsque j’étais poursuivi par trois loups, un puma et un rapace, en somme une autre invitation potentielle à revoir Nadine. Toujours flanqué de son ami chaman Rek’Zun, ils me regardaient maintenant tous deux avec un regard amusé.

« Tu as l’air contrarié, enchaîna le chaman dans un grognement. Aurais-tu encore besoin d’aide, ajoute-t-il en souriant.
- Ben heu…oui pour tout vous dire. J’ai deux bouts d’bijoux à retrouver et franchement à part savoir qu’une partie est sur Kalimdor et l’autre quelque part dans les Royaumes de l’Est, pas beaucoup de données complémentaires …
- Je vois… se contenta de dire Ageriss.
- Mouarf, rugit Rek’Zun, il s’agit de ta nouvelle forme n’est-ce pas. Encore une épreuve de ces saletés de hippies ! Nous pouvons t’accompagner, j’en connais les détails.
- Vraiment ? réponds-je en référence au dernier point. Très bien, dans ce cas j’accepte, c’est toujours un temps précieux de gagner », préférant finalement ne pas savoir comment le chaman connaît ce genre de détails.

Rek’Zun m’explique donc qu’une partie du talisman se trouve un peu au nord de la Croisée, dans un bastion de la Kapitalrisk appelé Videfange (ewwwwh) et la deuxième partie m’est révélée par Ageriss, et se trouve non loin d’Undercity dans l’océan qui borde les pins argentés.

Je vous passe les détails de la première partie, concernant la Videfange qui se révéla extrêmement facile. La seule chose a été de me faire accepter l’idée de pénétrer dans cet étang verdâtre ignoble pour y récupérer l’objet. Je ne vous raconte même pas le temps que j’ai dû passer à enlever de mon pelage d’ordinaire si beau les restes de vases qui y avaient élu domicile. Mais ceci est une autre histoire.

Donc un lavage, une bonne nuit de sommeil et une réparation d’équipement plus tard, nous prenons la direction de la capitale des orcs, Orgrimmar, afin de prendre le zeppelin gobelin en direction du pays des morts vivants.

Une fois à bord, je peux à loisir contempler le paysage devant moi et surtout l’océan que nous allons traverser grâce à cet engin étrange. Je n’ai malheureusement que peu de souvenirs de la traversée, comme si un nuage de fumée avait embrumé mon esprit. Tout ce dont je me souviens c’est l’arrivée sur les côtes de Lordaeron.

Arrivé à Undercity, je suis tout d’abord frappé par l’austérité des lieux, mais bon, je ne suis pas là pour ça. Hop nous partons vers l’ouest, à nous les Pins Argentés. Rek’Zun et Ageriss foncent dans les fourrés, moi j’ai du mal à suivre, ne connaissant pas la route. Nous arrivons enfin au bord de l’océan et sans autre forme de cérémonie nous plongeons.

Enfin nous plongeons….

Je surnage, résolument NON décidée à ne pas descendre à plus d’un mètre de la surface. Je sens mes accompagnateurs se rapprocher et sortir la tête de l’eau.

« Qu’est ce qu’il y a, ronchonne Rek’Zun.
- Heu… je sais pas nager, avoue-je.
- ……, ne s’exprime pas en cœur Ageriss et le Chaman.
- Oui oh ben ça va, je présume que c’est pour ça qu’on nous donne une forme aquatique, on est probablement de mauvais nageurs nous les druides.
- Ageriss, soupira Rek, promets-moi de ne plus jamais vouloir aider les jeunes … »

Le mort qui n’est pas vraiment mort éclate d’un rire sépulcral et replonge derechef. Prenant mon courage (et surtout ma respiration) à deux mains, je le suis dans les profondeurs. Je sens le chaman sur mes sabots, je suis a priori bien entourée. Plus nous nous enfonçons, moins mes poumons semblent vouloir répondre à mes appels désespérés. Résolue à ne pas me noyer je tente une remontée et je sens qu’on me saisie la jambe. Baissant les yeux, je vois que le mage m’entraîne vers le fond. Prête à hurler au meurtre (jusqu’à me rappeler que crier au meurtre sous l’eau n’a rien de facile), je réalise alors qu’il m’emmène vers un petit rocher qui fournit des petites bubulles. J’avance, j’avance encore et… je manque d’air.

« Mais vous êtes partout ma chère ! m’exclame-je.
- Anhyanka, qu’est-ce que vous avez encore fait ? me répond Nadine blasée.
- Oh rien, la routine, avec comme originalité quand même que je suis cette fois ci morte dans l’eau ».

Et Nadine de me sourire. Je constate avec étonnement qu’elle n’arbore plus son costume blanc neige – peau bleue mais un léger déshabillé rouge hyper flashy ainsi qu’une chaîne sur la jambe droite.

« Vous sortiez peut-être ? m’enquis-je.
- Heu, rougit-elle, oui, un des guides spirituels de la Horde, qui accueille les âmes d’Alterac m’a proposé un pic nic près du Maëlstrom ».

Les morts … remarquez c’est l’hôpital qui se moque de la charité. Passons.

De retour sous l’eau, près de mon corps (ce qui ne fut pas une mince affaire sachant que les morts marchent sur l’eau …), je ressuscite et me précipite sur le geyser de bulles pour reprendre mo souffle


[


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 7:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:47

Episode 4 : Le Boulet des Warsong

Assise patiemment sur un petit monticule de la Cime des anciens, j’attends…

Pour une fois que je ne suis pas en retard … Enfin bref, j’ai pris quelques jours plus tôt mon rendez-vous hebdomadaire avec Môssieur le Maître druide et il est aux abonnés absents. Voyant l’astre solaire décrire une courbe au-dessus de ma tête, je me dis que justement il se paie la mienne.

Enfin, j’aperçois un félin courir ventre à terre, me passer devant à la vitesse de l’éclair et se ruer sous l’imposante tente.

Il est arrivé.

Me levant difficilement, je me rends à sa rencontre en m’étirant, me demandant ce qu’il allait encore bien pouvoir m’apprendre cette fois-ci. Il me fait un sourire d’excuse, rassemble ses grimoires derrière lui et se tient devant moi comme à l’accoutumée.

« Anhyanka, pardonne-moi mon retard.
- Bof, c’est pas comme si j’avais attendu trois jours complets.
- N’oublie pas à qui tu parles jeune druidesse, dit-il avec un regard sévère
- Oui monsieur, réponds-je un brin exaspérée.
- Bien, dit-il en se penchant sur son grimoire, que vas-tu apprendre aujourd’hui … voyons voir… erf faut que je réorganise mes fiches moi. AH ! Voilà ! Ma chère enfant, tu vas donc continuer sur la voie animale en apprenant cette fois-ci la forme de félin ».

Je saute de joie en m’imaginant rugissant à la cantonade puis me ravise en imaginant les terribles épreuves pour l’obtenir. Que vais-je avoir à faire cette fois-ci ? Tuer un dragon(net) à mains nues ? Parlez à Robert sur Azeroth qui me dira d’aller parler à Tonga sur Kalimdor pour enfin parler à quelqu’un qui finalement se trouve juste à côté de moi à cet instant ? Je crains le pire.

« Hum, voilà, ça fera 27 pièces d’argent… ».

Moi : « … »

Lui : « …. »

C’est plus ce que ça a pu être l’art druidique.

Délestée donc d’un peu d’argent et plus riche d’une forme animale, je décide d’aller me promener à la limite des Tarides. On m’a raconté qu’un orc malicieux organisait des concours de jeu de cartes passionnant à regarder (enfin sauf quand ils sont dérangés par un cargo d’Alliés décidés à visiter nos contrées, et par là j’entends la Croisée … passons…).

Courant à quatre pattes, et soupirant d’apercevoir de nouveaux des cornes hideuses sur mon front (*sic*) je me rapproche donc du rempart marquant la démarcation avec la grande Forêt d’Ashenvale.

« Hey toi, le.. enfin la… bref toi, viens pas là, me hèle une voix complètement inconnue ».

Curieuse, je me retourne pour faire face à l’homme et reprends ma forme originelle. Une orc trapu, son visage fendu d’une cicatrice à peine soignée, se tient là en armes et continue de m’appeler de sa voix rauque.

Sexy les orquettes …

Je monte donc sur le surplomb et je constate qu’un véritable campement de guerre s’y trouve. Mon interlocutrice me pousse parmi la foule des badauds et me fait remplir un parchemin d’inscription.

Je souhaite rejoindre la bataille.

Heu … ah bon ?

Pas le temps de dire « ouf » qu’elle me pousse de nouveau en direction d’un tunnel. Un espèce de vortex curieux m’absorbe et je me retrouve au milieu d’un espèce de fort fait de brick et de brock, un gros d##@*au rouge siégeant fièrement dans le fond.

Je constate alors que neuf autres personnes m’accompagnent, dont…

« Naumok ! »

Le chaman me gratifie d’un sourire et retourne à son occupation préalable, à savoir essuyer le tranchant de sa hache. Les autres sont un panaché plutôt intéressant de tous les alliés de la Horde. Trois taurens en plus de Naumok et moi, deux orcs, deux morts-vivants et une trollesse. L’un des orcs, un chasseur, semble avoir de la bave qui lui coule du coin de la bouche. Son ours, qui entre parenthèse semble être d’une intelligence supérieure à son maître, lui jette un regard hautain et retourne dans sa contemplation d’un rat qui a réussi à se faufiler parmi nous.

« Hmm… excusez-moi. Qu’est-ce qu’on est censé faire ici ? ».

Regard consterné de la plupart des personnes présentes, exception faite de Naumok qui réprime un sourire que je sens moqueur et de l’orc occupé à jeter un bout de viande à sa bestiole.

« J’y crois pas, dit soudain l’un des morts vivants que je soupçonne d’être un voleur, on a une nhôbe avec nous. C’te honte !
- Ne t’inquiète pas Death, elle t’étonnera peut-être, intervint Naumok. Anhy, laisse-moi t’expliquer, reprit-il. Nous sommes ici dans une zone contestée par les orcs et les elfes. Nos amis orcs ont besoin de bois pour continuer la construction de nos villes et bastions et ces stupides elfes pinaillent pour leur forêt, qui est entre parenthèse très grande ! Donc nous notre job est de faire diversion pendant que les orcs coupent du bois en leur prenant le d##@*au qui se trouve au cœur de leur fort.

L’affront sera tel qu’ils nous courront après, du coup peu occupés à ennuyer nos alliés.
- ….. mouais …… je suis une druidesse je te rappelle, couper les arbres c’est maaaaal.
- Il y aura des gnomes en face ….
- Bonzaïïïïïïïï !!!!! »

Argument primaire certes, mais qui ne manque jamais de me mettre au défi. Il résulte d’une rencontre malheureuse avec un démoniste du nom de Tarnas aux abords de la Croisée, accompagné d’une voleuse aux couettes roses et aux dagues aiguisées.

Me voilà donc, forme de félin sous le bras, gambadant joyeusement derrière la petite troupe en partance pour le fort d’Aile Argent. Tout d’abord, un détail m’interpelle. Si nous devons les distraire en prenant leur d*#!!au, n’ont-il pas la même chose à faire ? « N’y pense pas Anhy, continue », me dis-je.

Nous ne croisons toujours pas la route de nos supposés ennemis et nous pénétrons par l’entrée supérieure. Nous nous agglutinons sur le petit balcon surplombant la salle et j’aperçois entre un tauren et un orc le bout du d*#!!au bleu.

Chic !

Je m’avance donc un peu pour mieux apprécier les dimensions de la salle. C’est là que je découvre le pot aux roses. Nos dix concurrents se trouvent là, dispersés aux quatre coins de la salle, l’œil vide et un fin filet de sueur sur le visage.

Tous à défendre ce fichu bout de tissu. Arf.

C’est alors que l’un d’eux se tourne vers le balcon et aperçoit notre délégation. Il hurle un truc comme « AASH’RAN KAELSIG » ou quelque chose comme ça et le chaos prend place dans la salle exiguë. Les deux guerriers foncent dans le tas en poussant un « beuuuaaar » approximatif, le chasseur et ce que je soupçonne être un démoniste envoie « poupinet » dans la mélée et reste hors de portée des lames et les voleurs dispensent des coups de dague à tout va, faisant allègrement couler le sang. En d’autres termes : bordel sans nom !

Seulement voilà, personne ne semble se soucier :

1/ de moi ;
2/ du d*#!!au bleu !

Je me précipite donc, att*#!! le d*#!!au au vol, ce qui a pour effet de déclencher une espèce de sirène (encore de l’ingénierie gnome, à coup sur !). Et là c’est le drame. Je sens comme un silence pesant dans la salle et dix neuf paires d’yeux braqués sur moi. Me rendant compte de mon erreur, je fais un grand sourire et me rue hors de la pièce, en forme féline, en hurlant un « aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ». Je sens derrière moi des bruits de bottes, de pattes, de fusils, d’épées, de sortilèges, de … enfin vous avez saisis ! Je sors par en haut (après tout le seul chemin que je connaisse) et tente de m’enfuir. Une flèche m’arrache un petit hurlement et je décide de reprendre une forme qui me sied mieux pour son épaisse cuirasse, ma forme d’ours. Tout de suite, ça fait moins mal .. si si !

Et c’est alors que le drame arriva. Surgissant de nulle part, une gnomette aux cheveux roses m’intercepte et m’assomme sans ménagement !

Petit bout de chair : 1
Ours : 0

Me libérant de ma torpeur, je constate qu’elle a déjà bien amoché mon cuir épais, je me mets en rage. Oubliant le d*#!!au et ma (quasi inexistante) dignité, je me jette sur elle et lui donne un grand coup de patte. Namého ! Sauf que la bougresse sonnée est bientôt rejointe par plusieurs amis.

Ca sent le roussi, c’est moi qui vous l’dit !

Je tourne donc mes quatre talons et repart en direction de notre camp. Couriiiiiiiiiir, me souffle mon subconscient. Oui ben ça va, j’aurais pu le deviner toute seule ! Ceux que je croyais derrière moi à combattre, à savoir mes alliés, les ennemis des Alliés (mais si vous suivez ! faites pas semblant !) se trouve maintenant de l’autre côté et viennent à ma rencontre. Note pour plus tard : leur demander comment c’est possible …

Mes forces s’amenuisant sous les assauts à distance de mes poursuivants, je suis contente d’arriver enfin au niveau de mes « amis ».

« Mais c’est pas vrai, commence un mort un peu vivant, l’est nulle cette druidesse ! Pourquoi tu te îles pas ?
- *moi, essouflée un peu quand même* îler ?
- Mais c’pas vrai ! Te soigner ! Pauv’ Nhôb. ‘Tain c’te honte.
- Mais … ».

Pas le temps de finir ma phrase qu’il est de nouveau dans la mêlée à taper dans tous les sens. Je dois penser à demander à Naumok ce que signifie Nhôb, ça m’intrigue cette histoire.

Bref, je parviens donc à l’entrée de notre tunnel, tant bien que (très) mal et je sens alors une vague de chaleur m‘envahir. Je regarde droit devant moi et vois Naumok qui me sourit en m’encourageant. Il venait de me soigner. Une envie irrésistible de hurler à mes poursuivants « nananananananère » monte à mes lèvres, ou plutôt à ma gueule (si si je suis un ours à ce moment là !). Mais alors que j’allais satisfaire cette envie pressante, je sens une boule de feu, une flèche brulante, un marteau ainsi qu’une espèce de bouboule éthérée foncer de concert sur moi et ….

« Tiens, mais vous n’êtes pas Nadine !
- Ah non, moi c’est… vous connaissez Nadine ?!
- Oui, c’est une amie, souris-je, enfin je crois, continue-je en me reprenant.
- Et bien vous lui direz que mon frère, l’esprit d’Alterac ne parle plus que d’elle et que ça commence à bien faire, je …
- Mollo mollo, vous lui ferez la commission vous-même ! la coupai-je ce qui eut pour effet de la faire grommeler. Bon par où est mon corps ?
- Ah vous êtes nouvelle je vois, ici tout est différent. Je vous recrée un corps et vous y retourner. Pas besoin de courir, patientez quelques secondes, je vous regroupe pour pas le faire toutes les deux secondes !
- Feignasse », murmurai-je.

Naumok se matérialise en fantôme à côté de moi et je sens que la nouvelle Nadine, qui m’est tout sauf sympathique envoie la résurrection et …

« Hey, pourquoi il est vivant et moi toujours morte !
- Fallait pas m’chercher ! Si vous continuez, je fais appel au dieu Beugh et à la déesse Lâagh. Faites gaffe, j’ai des relations moi !
- Ca va faut pas s’énerver… admets-je en me remémorant des histoires terribles de mon enfance sur ces deux divinités impitoyables qui faisait rougir jusqu’à Sargeras. Je serais patiente ».

Oui mais voilà quand enfin, elle finit par me recorporiser (cherchez pas, c’est du Taurahe !). Je constate alors que mes amis, bandages à l’appuis, boucliers divins pour d’autres se dirigent lentement vers la sortie.

« Hey qu’est-ce que vous faîtes ? On y retourne non ? leur adresse-je pleine d’espoir.
- T’inquiète la Nhôb, c’est fini, me murmure le mort courbatu. On rentre, ce sera pour une prochaine fois.
- *sic* ».

Mouais… conclusion de l’histoire, va falloir que je revienne parce que j’ai pas bien compris cette histoire de d@*#@au à ramener…

Y’a une explication cosmique que j’ai pas suivie ?


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:48

Episode 5 : Le travail c’est la santé !


Avec les jours ou les mois qui passent, il faut se rendre à l’évidence : ma vie prend un tournant monotone. Un champ de bataille par-ci, des dos-hirsutes par-là, je sens que quelque chose d’essentiel manque à ma vie.

*long soupir de lassitude*

Flânant dans les rues de Thunder Bluff, je ne peux m’empêcher d’observer un jeune tauren transpirant qui tape avec une volonté terrifiante sur une forge. Intriguée, je reste ainsi bien dix minutes en contemplation en me demandant ce qui peut justifier un tel acharnement. Ses muscles se contractent sous l’effort et son pelage commence à vraiment devenir humide. C’est de la force brute ce tauren, puissant, farouche, avec ses mains si grandes et son ….

Je m’égare.

Intriguée, je m’approche donc de l’éphèbe au marteau.

« Excusez-moi, souris-je en rajustant ma tunique, que faîtes-vous.
- Ben ma ptite mère, j’suis en train d’m’forger une épée ça s’voit pas ! »

Un rustre … mais avec des muscles, poussons l’examen plus avant.

« Ah très bien … mais pourquoi ? Vous n’avez pas d’autres fonctions ? Chaman, druide, guerrier par exemple ?
- Ben l’est bête elle, s’exclame-t-il, t’es Nhôbe ou quoi ? J’suis un guerrier ! Ca s’voit pas ? Ca c’est juste mon m’tier ! T’comprends rien toi !
- Hummm…. ».

Il est guerrier… ceci expliquant cela … enfin bref. Ainsi donc, nous n’étions pas cantonnés à notre simple art guerrier. Nous pouvions espérer une carrière autre que soins, tape comme un moule, re soins, etc … D’énoooormes possibilités s’offrent à moi je le sais. Je m’imaginais déjà postuler au cartel gentepression et faire une carrière plus que profitable dans l’import export de pierres précieuses.

Des rêves plein la tête, je décide donc de demander audience auprès de Môssieur le Maître Druide pour lui demander conseil. Avec sa grande expérience, il saura FORCEMENT me conseiller.

« Encore vous, me dit-il en guise d’introduction.
- Bonjour aussi, dis-je morose.
- Je n’ai rien de neuf à vous apprendre, vous le savez n’est-ce pas !
- Oui oui je le sais bien, je suis juste là pour vous demander conseil. Je cherche à me diversifier un peu. Vous savez avec la conjoncture actuelle, la guerre toussa, je me dis qu’il me faut un boulot d’appoint.
- Ah … et bien voyons voir ce que vous pourriez faire.
- Je vous écoute, dis-je plus qu’intéressée en tendant l’oreille.
- Alors nous avons…Herboriste qui peut facilement se coupler avec le métier d’alchimiste, nous autres Taurens excellons dans cet art, qu’en dîtes-vous ?
- Mouais, je sens que ça va finir en explosion ce truc là ! Vous avez rien d’autres ?
- Ah… donc pas d’ingénierie pour vous non plus, la manipulation doit être faite par des gens posés et consciencieux. Qu’avons-nous d’autres ? Ah voilà, minage et forge, qui vous permettrons de fabriquer armes et armures en métal …
- Super ! dis-je sans enthousiasme. Je porte du cuir et des bâtons … wouhou. Suivant !
- Couture on va laisser tomber, enchantement… hmmm trop compliqué pour vous, il nous reste donc le travail du cuir et le dépeçage.
- Le travail du cuir… hmmm cela me paraît bien. En quoi cela consiste-t-il ?
- Vous fabriquez vous-même vos armures de cuir, c’est un métier où il faut avoir du goût et de la patience.
- Tout cela me paraît très bien ! Et dépeçage vous dîtes ? Je vois pas bien en quoi cela consiste mais c’est décidé. Merci m’sieur !
- Bon courage jeune druidesse », conclut-il avec un sourire entre la moquerie et l’attendrissement.

Je me rends donc au niveau intermédiaire de ma chère capitale et entre dans le temple du cuir. Un tauren avec un accent particulier est en train de parler à d’autres jeunes à mon image.

« Mes p’tits chous, laissez-moi vous montrer ! Alors vous prenez votre cuir traité et vous le retournez comme ceci (il joint le geste à la parole). Vous prenez le fil grossier et vous le passez comme ceci en prenant bien soin de ne pas vous blesser. Rhooo Paolito petit fou, fais attention à tes gros doigts. Tous ces muscles, vraiment, pour un art si minutieux, ajoute-t-il avec un petit rire niais. Voilààà mon cœur ! Très bien, passons à la suite… ».

Un cas celui là ! Décidée à apprendre, je me rapproche et vole discrètement un bout de cuir à un de mes voisins. Je constate d’ailleurs avec étonnement que notre professeur est beaucoup plus au petit soin avec mes collègues masculins qu’avec moi… hmmm.

Ma première leçon apprise, je décide donc de me diriger vers le maître dépeceur. Qu’est-ce que cela peut bien être. Un tauren bouru me regarde et me lance :

« Aaaah un nouvelle étudiante ! Bien ma grande, je vais te montrer comment récupérer les peaux qui te serviront à confectionner les armures de… mon collègue », dit-il en appuyant les derniers mots de manière évidente.

Et là, c’est le drame. Un rat court sur le sol et d’un geste rapide et précis, mon nouveau professeur l’att*#@@, lui saisit la tête et lui brise la nuque.

Moi : o_O
Lui : Very Happy

« Bien, voici donc ce qui va me permettre de te montrer la marche à suivre. Tout d’abord, tu te munis d’un couteau à dépecer, comme celui-ci. Ensuite, tu le plante à la base du ventre de ta victi … proie. Tu remontes doucement, comme ceci jusqu’à la base du cou. Là tu poses le couteau et avec les doigts tu écartes, comme ça, afin d’extraire tout ce qu’il y a à l’intérieur. Oooh les jolis boyaux ! Ensuite tu reprends le couteau et tu découpes les peaux pour que la surface soit maximum. Ensuite tu grattes, tu grattes encore, attention à la tête, les yeux explosent souvent, c’est assez peu ragoûtant, ajoute-t-il avec un sourire carnassier. Et … Mademoiselle, qu’est-ce qui ne va pas ? »

Il se penche sur moi, qui gît lamentablement sur le sol, tombée évanouie à la renverse. MAIS C’EST ATROCE !

Je me relève donc tant bien que mal, jette un dernier regard au rat (j’aime bien les rats, il doit y avoir de ça !) et m’en vais équipée de mon nouveau couteau à dépecer, fébrile à l’idée d’avoir à mettre cet enseignement en pratique.

Un renvoi, un ascenseur et une chute plus tard, me revoilà dans les plaines de Mulgore armée de mon couteau à dépecer. J’observe autour de moi et je localise un rôdeur … heu … qui rôde (ils ont rien d’autres à faire ces bestioles que rôder jour et nuit ?). M’armant de tout mon courage, je m’élance vers lui en forme féline et le frappe. Après un long combat (ben oui je suis druidesse, pas guerrière !), il s’effondre alors et je reprends ma forme taurene.

Me voilà donc, moi, face à ce cadavre de rôdeur, un couteau à la main. « Vas-y Anhy, sois forte », me souffle mon subconscient. Il en a de bonnes lui ! Note pour plus tard, lui fermer son clapet !

Alors je reprends :

1. Lever le couteau
2. Le planter à la base du ventre
….3. …. Remonter …. Jusqu’à la base … du cou… (vais vomir moi !)
……..4…….. Ouvrir avec …

« AAAAAAAAAH ! ». La bestiole gigote et grogne de douleur. ELLE N’EST PAS MORTE ! Vite vite, je reprends mon bâton et tape dans la chair sanguinolente. La bête (re)succombe et je souffle. Je termine mon office aussi vite que je le peux, râclant, déchirant et découpant à tout va. Je range la peau encore chaude dans mon sac et m’éloigne au plus vite de l’amas de chair qui gît au sol.

C’est décidé, je gagnerai suffisamment d’argent pour payer mes peaux…


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:55

Episode 6 : La Caverne de ses Lamentations


Après toute une série de petites missions dans les Tarides (dont une absolument ignoble où j’ai dû déterrer des œufs de silithides avec une griffe… ewwwh), je retourne donc voir le petit chef officiel donneur de missions. Celui-ci m’attend, le regard perdu dans le vague, n’ayant pas bougé d’un yota. Je résiste à l’envie de lui conseiller de prendre quelques vacances méritées au bord de la mer et m’avance vers lui.

« Et voilà, lui dis-je en laissant tomber à ses pieds le fruit de mon « labeur » (ewwwwh). Je crois que là j’ai bien mérité un peu de repos, vous ne croyez pas ?
- Mouais… pas mal se contente-t-il de dire. Qu’est-ce que vous direz quand vous devrez affronter Onyxia !
- Ony qui ?
- Laissez tomber… Prenez un peu de repos si vous voulez mais laissez-moi d’abord vous expliquer ce qui vous attend par la suite.
- Heu, attendez là ! Pourquoi je devrais vous obéir au fait ?
- Ben… parce que tout le monde fait ce que je lui demande. C’est d’ailleurs drôle que vous en parliez parce que …
- … oui oui, vous avez gagné ! le coupé-je. Balancez la sauce.
- Bien, me sourit-il, je continue alors ».

Il est fort ce type …

« Alors vous avez du passer à l’oasis qui se trouve au sud ouest d’ici non ?
- Oui oui, là où il y a les centaures. Je vous préviens, me redemandez pas d’aller encore en tuer, la dernière fois j’ai été frappé par un éclair, impossible de retrouver ma coupe d’origine ! Alors …
- Non non, rien de tout ça. En réalité je ne sais pas si vous avez remarqué mais il y a une petite caverne dont l’entrée se trouve au nord de l’oasis, au pied de la montagne.
- … vous voulez dire là où je me suis aventurée seule et fait un aller-retour Nadine d’un coup sans rien comprendre, tout ça à cause d’un raptor superpuissant ?
- Cette caverne même…
- Hmmmmm…
- Bien entendu je vous encourage à trouver des compagnons pour vous y rendre car vous ne serez pas trop de cinq.
- Et je les trouve comm…
- CHERCHE ÎLEURE POUR LES LAMEUH ! crie soudain une voix macabre, me faisant par la même sursauter.
- Je crois que vous venez de trouver votre groupe ma chère, me dit le chef avec un sourire.
- Pffff », me contenté-je de soupirer.

Je me dirige donc sans enthousiasme vers la beuglante qui ne m’est pas inconnue. J’arrive près de la forge de fortune installée à la Croisée et tombe nez à nez avec…

« Encore toi la Nhôb ! me dit le mort
- Pour la dernière fois, mon nom est ANHYANKA !!!!!
- Mouais. Bon tu sais îler la Nhôb ? Moi c’est Deathkiller le voleur, voici ShadowWarrior le guerrier, RoxxorMago le mage et…
- Naumok ! Encore toi ! Ca va depuis le temps ? m’exclamé-je.
- On fait aller », me sourit-il.

Et nous voici donc tous les cinq en route pour l’entrée de la caverne, au nord de l’oasis. En route, Naumok me raconte qu’il connaît bien les lieux pour les avoir visité dans une autre vie. Il m’explique qu’en ce monde, la plupart des aventuriers en sont à leur deuxième, troisième voire dixième vie. Ce phénomène mystique plus qu’étrange s’appelle le Reurôlhe. Il m’explique qu’il était un voleur mort vivant quelque temps auparavant, mais que cela l’avait beaucoup contrarié toutes ces histoires de décomposition, de sang qui ne coule plus, de bouts d’os à l’air, tout ça quoi. Donc il avait passé un pacte avec les dieux suprêmes et était revenu sous la forme d’un tauren chaman.

Etrange histoire, faudra que j’en touche un mot à Nadine.

Nous voilà donc à l’entrée. Notre ami Deathkiller se retourne et parle dans un langage curieux fais de raccourcis et de mots à la consonance étrange. Je vous traduis pèle mêle ce que j’en ai compris.

« Bon ! Alors là gaffe faut pas qu’on « waïpe ». Le « tanque » tu gères bien ton « aggro » et toi le mago tu fais pas n’importe quoi, genre pas d’ « aaooohheu » quand je « sappe » un des « mobes » de la caverne. La Nhôbe, tu t’arranges pour bien « îler », et tu « focusses » le « ouahouah ». Le chamy, totem et tout le toutim, tu « patches îles » avec la nhôbe.
- ANHYANKA !
- Ouais, s’tu veux ! Bon z’êtes prêts ? « Gogogogogo » ».

Heu… l’a rien compris Anhy… m’enfin on va faire avec.

Ni une ni deux, je comprends rapidement que le « ouahouah » est notre ami ShadowWarrior, qui porte également le nom de « tanque », que les « mobes » sont les bestioles qui grouillent dans cette caverne à l’odeur de moisi et que « îler » veut toujours dire soigner.

Nous nous enfonçons alors peu à peu. Un ou deux raptors rouges, des choses ignobles rampantes et quelques faucons (qui n’ont de faucon que le nom) plus tard (je sais pas pourquoi mais Deathkiller n’a pas arrêté de hurler « naiiiirphe Chamy !!! »), nous voilà devant un espèce de vortex (qui n’est pas sans me rappeler celui de ma mésaventure face aux elfes des warsong). Nous entrons donc.

1. L’ambiance est glauque
2. Y’a un tauren bizarre à l’entrée mais passons …
3. Hey mais c’est un druide le tauren ! C’doit pas être drôle de rester la dedans non ?
4. L’ambiance est glauque (mais vraiment hein !).

Le druide nous donne quelques indications, que le mort vivant semble ne pas vouloir écouter. Il commence à avancer mais moi je reste fascinée par le récit du grand poilu. Il me raconte des histoires de rêve corrompu, de druides corrompus, de bestioles corrompues, bref tout plein de machin qui se sont laissé corrompre par la légion.

J’ai toujours aimé les belles histoires.

Soudain nous entendons un cri (Naumok était resté près de moi pour écouter l’histoire) et nous nous précipitons vers l’origine du bruit. Nous trouvons Death, Shadow et Roxxor aux prises avec trois bestioles semblant porter sur leur front « pas content, je vais te manger, vermine » (en gros hein !).

« Îîîîîîîîîîîîîîîîîîîlllleeeeee, putaiiiiiiinnnn îîîîîîîîîîlleeeeee spice de Nhôbe ».

o_O

Une intervention chamiesque, un toucher guérisseur et un coup de flotte plus tard, je me fais presque incendiée de ne pas avoir été réactive.

« Pourquoi t’as pas « tanquer » ? Putain le ouahouah il est mort en deux secondes même pas tu le îles en ours. Punaise mais t’es trop nulle, c’pas comme ça que ça se comporte un druide… ».

Je vous passe les détails, il m’explique qu’il a été druide dans son ancienne vie, mais aussi guerrier, chasseur, mage et chaman et que j’ai absolument rien compris à mon art.

Garder son calme…

Bref nous parvenons à nous débarrasser des bebêtes et nous avançons jusqu’à arriver à un petit plateau sur lequel se trouvent… des elfes… druides d’ailleurs d’après ce que je peux voir.

« Hey Naumok, chuchoté-je, ce sont eux les druides corrompus par le cauchemar de je sais plus quoi ?
- Oui Anhy, me sourit-il. Nous devons les tuer pour avancer.
- Oh… réponds-je pensive. J’imagine que Môssieur le maître druide ne m’en voudra pas. Mais tu es sur que … ».

Mais à peine le temps de finir ma phrase que ShadowWarrior se jette dans le tas, balançant son épée et son bouclier dans tous les sens. Cette fois-ci j’ai bien compris, je le soigne. Tout a l’air de bien fonctionner jusqu’au moment où je vois passer à quelques centimètres de mon visage une grosse boule de feu qui se dirige tout droit vers le groupe de druides corrompus. La scène semble se passer au ralenti lorsque la boule percute l’un deux. Salement amoché, il hurle et je vois que ses congénères arrêtent de se concentrer sur notre « ouahouah » pour regarder vers nous d’un œil mauvais.

Ohoh !

Ils se précipitent tous, boules d’énergie à l’appui vers notre RoxxorMago qui n’a semble-t-il pas bien gérer sa force. Ils ont tous les quatre l’air de plutôt bien s’en sortir sans mes soins quand je remarque un druide elfe seul dans un coin, un tube fumant, semblable à celui de Nadine dans la bouche. Il exhale à chaque souffle un petit nuage bleu de façon complètement lascive. Je m’approche, me métamorphose en félin et je me camouffle dans l’idée de me le faire, celui là, toute seule. Je me place derrière lui et BAAAAAM coup de griffe qui lui fait une entaille atroce, le faisant du coup hurler un grand coup. Je m’apprête à porter un second coup quand :

« Mais c’pas vrai ça, s’exclame celui qui aurait du devenir le prochain mort de ma liste vide. Vous pouvez pas vous en empêcher ! Chaque fois la même rengaine, vous rentrez à cinq, vous zigouillez tout ce qui bouge et vous êtes contents ! Bande de primates !
- Namého, lui réponds-je, c’est pas moi qui suis corrompu ! Z’avez qu’à faire comme tout le monde et aimez les tites fleurs et la forêt ! Y’a pas idée de s’enfermer dans cette grotte ignoble.
- Comme si on avait le choix ! Je suis coincé ici contre mon gré, impossible de sortir. Les autres ça a pas l’air de les gêner mais moi j’voudrais bien prendre un peu de vacances. Mourir en boucle c’est lourd !
- Ah vous devez connaître Nadine alors !
- Oh oui, charmante cette… ce …. Enfin pour un bidule blanc. Bon, je présume que tu vas vouloir m’attaquer alors finissons-en de suite, ajoute-t-il en prenant une posture de combat.
- Pffff, non plus envie. Tu m’es sympathique… heu c’est quoi ton nom ?
- Tyrion …
- C’est marrant ça me rappelle ….
- Ma mère était une fan de Furion et Tyrande, no comments, me coupe-t-il blasé. Bon, tu penses pouvoir me sortir de là ?
- Ouep, on va voir ce qu’on peut faire, suis moi, je vais te présenter aux autres ».

Sympathique pour un elfe corrompu. M’enfin bref …

Je m’approche donc de mon groupe d’origine afin d’introduire le nouveau venu. Je vois que Death et Roxxor continue de taper sur un espèce de gros serpent lorsque je me permets un :

« Heu, les garçons, je crois qu’il est mort là…
- On peut pas être sur ! rugit le voleur. Ces trucs ne meurent jamais !
- Mouais… me contenté-je de dire. Bon sinon laissez-moi vous présent…
- BONZAAAAAAÏÏÏÏ un autre elfe, viens Roxxor, on le bousille » !


Joignant le geste à la parole, mon compagnon mort bien que très vivant pour le coup se rue sur mon nouvel ami, toutes dagues, épées et mauvaise humeur dehors.

« STOOOOOOOOOP, hurlé-je, il est avec moi.
- Gné ? ne peut s’empêcher de souligner Naumok.
- Ouais longue histoire, corruption blabla, druide coincé, veut revoir ses forêts tout ça ! En tant que membre de la communauté druidique, je suis dans l’obligation de vous demander de le laisser.
- ‘Spèce de Nhôbe, pas question qu’il nous accompagne ! Laisse-moi le découper en tranches !
- Fais ça, et tu peux oublier les soins ! lui réponds-je sur un ton de défi en m’interposant.
- Grumph, grogne-t-il.
- Et qu’est ce que ça nous rapporte tout ça ? finit par intervenir ShadowWarrior le « ouahouah ».
- Je connais la grotte comme ma poche, je vous conduirais jusqu’au bout, il y a un passage super secret pour arriver directement à notre big boss. Vous êtes intéressés ?
- Hmmm, dit Naumok, ouais ça me va à moi !
- Et comment, répondent en cœur Roxxor, Shadow et Death ! Si on peut éviter tout ce foin !
- Alors suivez-moi », conclut l’elfe, une pointe d’excitation dans la voix.

Il nous entraîne un peu à l’écart, montre un détail sur la paroi et se tourne vers nous.

« Il nous faut creuser au niveau de l’imperfection dans le mur. Ca va nous emmener dans un corridor qui conduit directement à mon chef. Nous en avons pour quelques heures, avec les outils que nous av …
- Oh boucle là, grandes oreilles, laisse faire le RoxxorMago ! intervient Deathkiller. A toi de jouer le Troll.
- Ouep boss », opine l’autre.

Concentration, étincelles, feu dans les mains et BAAAAM grosse boule dans la fissure qui a pour effet de faire sauter la paroi, nous ouvrant un large passage.

« Tout dans la finesse tes amis, me chuchote l’elfe.
- Abstiens-toi de commentaires et avance ! » me suis-je contentée de répondre.

Nous v’là donc, tous les six, à crapahuter dans un tunnel bien trop grand pour une taurene (je vous parle donc même pas de mon cher Naumok qui s’est égratigné à plusieurs reprises dans le dédale) jusqu’à un cul sac présentant le même type de fente. Je m’autorise un coup d’œil à travers et aperçoit un elfe qui n’a pas du tout l’air commode en train de jouer aux cartes avec … UN SERPENT GIGANTESQUE.

J’aime pas les serpents …

« Maître, tu penses qu’on aura le temps de finir la partie avant qu’ils arrivent les nouveaux ?
- T’fais pas d’bile, ils ont seulement tué ceux de l’entrée, on a une bonne demi heure devant nous ! MENTEUR !
- Erf, t’es trop fort, je suis deg. Comment t’as su que je mentais ?
- Tu as sifflé ! Hehe ! Et pis ça faisait trop de carreaux sur la pile. T’es vraiment nul ! Allez comme gage, réflechissons… JE SAIS ! Transforme-toi en cloporte.
- Pfff maître, t’abuses !
- Je fais ce que je veux ! C’est moi le patron, tu t’exécutes ! ».

Et l’autre de se métamorphoser en insecte si petit que je n’arrive plus à la voir.

« Ca suffit, retentit derrière moi la voix de Deathkiller, on entre et on les poutre !
- T’es toujours aussi classe ? osé-je poser la question.
- Boucle la la Nhôbe ! Roxxor à toi !
- Ouep boss ».

C’est moi où il a peu de vocabulaire le troll ?

Donc ni une ni deux, je vous refais pas un dessin, crépitement, étincelles, boule de feu grand badaboum et nous v’là au milieu d’un plateau avec le patron de Tyrion, quelques serpents (j’aime pas les serpents !!!!) et nous.

« Mais, s’exclame le maître, qu’est-ce que… ».

Il ne finit pas sa phrase et crie un truc du genre « je suis le plus fort, z’êtes que des bons à rien toussa » et se transforme à son tour en serpent. Bien évidemment, le « ouahouah », le voleur et le mago se jette sur la bête, en font de la pâtée et continue même après que le monstre ait exhalé son dernier souffle (j’aime pas les serpents !!!!).

« Et voilà, s’exclame en souriant Tyrion. Maintenant sortez moi de là !
- Ouais ouais ça vient, dis, las, RoxxorMago, j’vais ouvrir un portail. M’enfin vont pas être ravis à Orgri de voir débarquer un elfe. Enfin moi j’dis ça j’dis rien. (ah ben si finalement il a du vocabulaire le troll !).
- Bon, moi je suis prêt, déclare Deathkiller après avoir consciencieusement fouillé le cadavre sans nous faire part de ses découvertes, taypay nous Mago ! ».

Un portail, un voyage dimensionnel et un atterrissage brutal plus tard, nous atterrissons au cœur d’Orgrimmar, notre mage n’ayant jamais su viser. Le « ALERTE GARDES UN ELFE » aurait me mettre sur la voie, mais le temps de me retourner, le corps de Tyrion présente déjà un angle plus que curieux au niveau de sa jambe.

Erf, les orcs …

Une semaine plus tard, ayant convaincu Nadine de laisser un druide corrompu revenir à la vie, nous sommes, mon nouvel ami et moi en train de siroter une Sombrelune au bord de la rivière bordant Ashenvale.

« Alors ces vacances Tyrion ?
- Ben écoute, j’ai été voir plusieurs coins aux abords d’Ashenvale, sympa comme tout mais les Elfes sont devenus d’un coincé ! Genre je suis corrompu toussa j’ai plus le droit de me balader sur leurs terres. J’te jure, ils manquent parfois d’un sacré savoir vivre !
- Ouais, t’as bien raison ! Je commence à développer vis à vis d’eux une certaine antipathie moi aussi ! Enfin, assez de considération douteuses, levons nos verres aux druides du monde entier !
- Aux druides, scande mon nouvel ami.
- Ah tiens au fait, je me demandais, en tant que druide corrompu, en quoi tu te transformes ?
- Attends je te montre ! ».

Et joignant le geste à la parole, il se lève et se transforme en un éclair en … SERPENT.

AAaaaaaaaaaaah je hais les serpents !!!!!

Et c’est ainsi que notre amitié si prometteuse prit fin !

Foutue légion va !


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:57

Episode 7: Anhy au pays des Horreurs

Vous savez, vous, ce que ça fait d’expérimenter l’enterrement vivant. Non ?
Faites comme moi, passez dire bonjour à la Dame Noire à Undercity. J’étais passée très rapidement lors de mon aventure pour récupérer un fragment de pendentif dans la mer, mais j’avoue ne pas m’être attardé plus que ça dans la capitale de nos alliés.

Premier sentiment quand vous posez enfin les yeux sur les murs, le sol et de manière générale tout ce qui (et rayez la mention inutile) marche/court/grouille/rampe/dégouline. Je tiens quand même à donner une mention spéciale à la sentinelle qui fait le tour des canaux à longueur de temps. Comme le décrire… un amas globuleux muni de crochets, de chaînes et de tripes (si si je vous jure, ça dépasse vraiment et surtout, ça a une odeuuuuuur… atroce).

Enfin bref, je n’étais pas venu là pour admirer les murs (et encore heureux sinon moi je dis remboursé !) mais pour rendre visite à deux personnes. La première, le mage Ageriss qui m’avait aidé sur ma quête pour obtenir ma forme de … phoque …

T_T

Et la deuxième Dame Sylvanas, ou plus précisément la bestiole démoniaque qui lui servait de serviteur, paraît qu’il a quelques missions pour moi.

Je me rends donc dans les appartements présidentiels, en tâchant d’éviter le canal … et quand je dis canal, c’t’un terme générique au vue de la couleur fluorescente… et me voilà donc devant les escaliers flanqués de deux Gardes Noirs.

« Salut », lancé-je.

Pas de réponse… ces morts. J’imagine que quand votre peau pendouille, l’amabilité ne veut plus vraiment dire grand chose.

Mais passons.

Je passe donc, justement, et après bien cent mètres de couloir, je débouche sur une salle circulaire avec en son centre un promontoire. Là, une espèce de fantôme franchement hideux, un démon rouge tomate non moins moche et enfin la Banshee.

Le choc, elle n’a rien à voir avec ses sujets. La beauté d’une elfette (le côté jeune garce en moins quand même) doublé d’une pâleur sensuelle et d’une voix sépulcrale. Elle, elle a la classe, parole de Tauren.

Je monte donc sur le promontoire et suis désespérée à l’idée de parler au démon. Je passe devant la Reine qui me rend mon sourire et va d’un air résolu jusque Varimathras qui semble en contemplation sur ses qualités de vol.

« Bonjour monsieur, tenté-je
- Permettez, siffle-t-il en jetant un dernier coup d’œil au muscle saillant qui compose une partie de son bras. Voilà, je suis à vous. Et vous êtes ?
- Heu, ben devant vous à Undercity non ?
- Votre nom idiote !
- Oh pardon, réponds-je complètement confuse. Anhyanka, jeune druidesse, envoyée d’Orgrimmar pour vous parler.
- Une druidesse… arf vous me tuerez un jour avec vos conneries sur la nature toussa. Vous croyez que ces magnifiques muscles sont naturels peut-être. J’ai fait appel aux meilleurs démonologue pour me sculpter ce corps de rêve.
- Oh oui, en effet, mens-je avec un sourire qui se veut véridique. Et donc monsieur…
- Appelle-moi Seigneur, ça me sied bien mieux.
- Hmm ok ! Donc je disais, on m’a envoyé ici vous parler, à propos de gars habillés en rouge.
- Les Ecarlates … soupira-t-il. Oui en effet, nous avons quelques soucis avec un bâtiment remplis de curés et de fanatiques, des gens qui au fond auraient pu me plaire, mais ils sont… vivants…
- Heu je tiens à rappeler qu’à part les sujets de vot’ seigneurie, tout le monde est vivant dans la Horde.
- Oh… oui. Enfin bref, allez là-bas et faîtes un carton, trouvez des gens pour vous accompagner.
- Ouais ouais, ça marche vot’ horreur ».

Erf, me v’là encore avec une mission à la mord-moi-le-sabot ! Ils sont gentils tous ces gens avec leurs « trouvez-vous des gens toussa ». C’plus facile à dire qu’à faire !

Bref, dépitée au possible, je me rends donc à mon second rendez-vous avec Ageriss, le mage, pour voir ce qu’il peut bien me vouloir. Son courrier disait « Rejoins-moi à Undercity, je veux te parler d’un truc ». Donc me voilà, me dirigeant vers L’apothicarium.

Je recroise un garde globuleux, deux trois morts-vivants et me retrouve devant l’apothicarium, lieu charmant s’il en est avec ses chaines, ses flacons de bidules fluorescents et ses professeurs aux allures de psychopathes.

Pourquoi on s’est alliés à ces gens … Pas sûr que ma Terre Mère soit hyper OK avec tout ça m’enfin c’que j’en dis…

Je vois un réprouvé (c’est vrai que c’est plus classe « réprouvé » que « mort-vivant », moins « ewwwwwh » je dirais) @%#oté dans une robe d’assez bon goût trottiner jusque moi. Il arbore, comme à son habitude un sourire carnassier.

« Bonjour Ageriss, dis-je pour éviter une éventuelle bise ou poignée de main, loin de moi l’envie d’être désagréable mais ta joue se détache encore.
- Erf, l’accrache a encore du lâcher. Attends deux secondes ».
Il sort de sa poche un engin curieux d’origine gobeline j’imagine, se le place au niveau de la joue, à la façon d’un fusil, et appuie sur la gâchette, provoquant une détonation suivi d’un bruit fort désagréable d’os qui s’entrechoquent. Il fait une grimace puis un sourire et range l’étrange objet dans sa besace.
« Ces accracheuses sont absolument formidables ! Aaah, je me sens mieux avec une joue solidement vissée ».
Me gardant de tout commentaire (et de tout renvoi), je le suis sur son invitation à nous asseoir sur une des marches du pont.

« Ecoute bien ma petite Anhy, tu es maintenant en âge de faire de grandes choses.
- Oh oui, m’exclamé-je, d’ailleurs regarde ça ! ».
Sans attendre de réponse, je me mets debout et me transforme en… guépard, la dernière forme que j’ai achetée.
« T’as vu, dis-je en reprenant ma forme classique, c’est trop cool, c’est la plus belle forme que j’ai, je sais pas encore ce qu’elle est capable de faire mais on verra bien.
- OK, me sourit Ageriss, tu seras surprise je pense.
- Bon déjà, ce qui est bien, c’est que je cours bien plus vite ! Par contre c’est étrange, par endroit je suis incapable de l’utiliser, j’ai beau insisté, fermer les yeux, pousser très fort, encore me concentrer, rien ne marche. Pour résumer ça ne marche qu’en extérieur, c’est vraiment curieux… Enfin bref, tu souhaitais me dire quoi.
- Oui donc je disais tu as atteint un âge où il serait intéressant de faire un rassemblement, une guilde si tu préfères.
- Ah ouais Naumok m’en a parlé une fois. C’est une bande de gens qui dorment jamais et qui font du payvéheuhachelle mais j’avoue j’ai pas bien compris de quoi il me parlait.
- Hehe, rit-il, quelque chose que tu verras un de ces jours mais c’est pas encore gagné. Bref, tout ça pour dire qu’une guilde n’est pas que ça, c’est aussi des gens qui sont ensemble, qui se réunissent, qui communiquent, qui s’entraide.
- Hmm ça ressemble beaucoup à une secte toussa. T’es sur c’est légal au moins ?
- Oui, me répond-il en éclatant de rires. Rek’Zun est déjà avec moi et nous avons d’autres personnes et nous aimerions que tu te joignes à nous.
- Oh, m’exclamé-je, comme c’est adorable. Je dois faire quoi ?
- Alors tu dois aller sur une île au large de Kalimdor, tuer tout plein de dragon et en tuer une en particulier, Onyxia.
-… Hmm j’ai entendu parler de celle là, m’a pas l’air simple…
- ….
-… Ben quoi…
- Je rigole…
- Oh …
- Signe ici vachette ».
Avant que je n’ai le temps de réagir à la boutade, j’ai entre les mains un papier et un crayon sur lequel figure déjà quelques noms connus. Décidée de toute façon, j’écris le mien en dessous et signe…

« Aïïïïeuh !
- Ah oui pardon, sourit Ageriss, j’ai oublié de te dire que c’est un stylo qui se sert de ton sang pour signer ».

Je grommelle un truc inintelligible et lui tends son papier. C’est alors qu’une idée lumineuse me traverse l’esprit.

« Heu… Ageriss
- Appelle-moi Maître à partir de maintenant.
- Mais c’est quoi votre délire à vous les mor… réprouvés à vouloir vous faire appeler « maître » par ci « seigneur » par là. Bande de mégalos !
- Ne parle pas comme ça au maître, Anhy », retentit une voix dans ma tête.
Je me tourne de toutes parts, tombant à la renverse par la même occasion, essayant de trouver l’origine de la voix mais que neni, personne n’est dans le coin.

Ageriss éclate de rire et me regarde.

« Nous sommes tous connectés dans la guilde, afin de faciliter la communication.
- M’enfin t’aurais pas pu me prévenir ta seigneurie ! J’ai failli avoir une attaque moi !
- Hehe, reprit l’autre voix, c’est Rek’Zun ».

Super ! Me v’là fliquée par un orc et un mort maintenant ! L’est pas belle la vie… ? -_-*

« Donc oui, Ta Mocheté et Rek…
- Ce sera Maître pour Ageriss et Seigneur pour moi.
- Bon ok, je disais donc, est ce que Vos Pourritures accepteraient de m’accompagner au Monastère machin tout rouge au nord d’Undercity, j’dois récupérer une clef toussa et je sens que je vais encore tomber sur des boulets pour m’accompagner dans cette histoire.
- Heu… commença Rek’Zun, mon loup a des petits soucis d’incontinence en ce moment et j’ai promis que je l’emmènerai voir le sorcier-docteur-endocrinologue-loupologue pour qu’il l’examine. Mais bon courage petite !
- Mouais, ne peux-je que répondre, me rendant compte que Rek’Zun n’a plus d’interaction avec mon cerveau. Et toi Ta Décrépitude ? Quelque chose de prévu ?
- Non mais j’ai la flemme d’inventer une excuse bidon, je vais juste aller me prélasser sur les plages de Tanaris. Je suis un peu trop pâle à mon goût. Bonne chance en tous cas, ajoute-t-il en mettant sur le nez une paire de lunettes anti soleil et de la crème épaisse verdâtre. C’est pour empêcher que je ne prenne feu, me sourit-il de toutes ses dents.
- C’est ça… soupire-je, bonne détente alors ! ».

Et me revoilà à la case départ.

Je tiens d’ailleurs à signaler qu’Undercity est la capitale la plus déserte que j’ai jamais vue. Certes on a les habituels marchands en tous genres, le maître des piafs à griffes (oh tiens ce sont des chauves souris… tordus ces morts), mais finalement peu d’aventuriers en costume comme on peut voir dans Orgrimmar ou tout le monde finit par être habillé pareil. C’est ptête le côté souterrain qui arrête les gens. C’est vrai qu’on devient vite claustro ici.

Toutes ces considérations en têtes, je décide donc de sortir pour respirer… l’air des Clairières de Tirisfal, qui sont à la pureté ce que les gnomes sont au bon goût, une erreur ! Dépitée, je me mets en route pour le fameux monastère, espérant trouver un groupe de …

« ‘Tain la Nhôbe !!!! Encore toi ! Tu tombes bien on cherche un îl… soigneur pour le mônah ! ».

En parlant de boulets …

« Bonjour Deathkiller. Naumok, toujours aussi élégant. Et bonjour RoxxorMago et ShadowWarrior. Je vois que la fine équipe est toujours rassemblée.
- Et oui, soupire Naumok en me souriant, nous avons créé une guilde, les « FOULE DEPEHESSES » on se fait appeler. Le nom n’est pas de moi, ajoute-t-il en voyant ma mine amusée.
- Bon, dis-je en étouffant un rire, je vous accompagne j’ai moi aussi quelques affaires à régler avec ces mecs en rouge. Je vous suis.
- Et cette fois-ci la Nhôbe, tu soignes, tu tanques si le ouahouah meurt et tu évites le ouaïpe ! OK ?
-….. ANHYANKAAAAAAAAAAAAAA… », ne peux-je que hurler.

Remarquez, une fois qu’on s’y est fait, ce langage un peu curieux est vite compréhensible.

Nous voilà donc tous les cinq en route pour le fameux monastère.

Je sais pas pourquoi mais… je le sens pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:58

Episode 8 : Les moines austers écarlates

Donc si vous suivez bien, j’en suis resté à la « Foule Dépéhesses team » devant les portes d’Undercity, en route pour le monastère écarlate.

Mais si… rappelez vous …

Donc me revoilà en compagnie de Deathkiller, RoxxorMago le troll, ShadowWarrior le ouahouah et Naumok mon cher ami Chaman.

Ah ben vous voyez que vous suivez.

A ce stade, je constate d’ailleurs que je ne connais que très mal cette région désolée. Enfin désolée façon de parler parce qu’il y a quand même des arbres, des animaux et des villes mais un poil différent de ce que j’ai pu rencontrer sur Kalimdor :

Les vivants sont morts (et vivants… vous suivez)
Les bêbêtes sont démoniaques,
L’environnement est tout pareil, mais en sombre/noir/glauque (rayez – ou pas- la mention inutile).

Nous nous dirigeons donc vers le nord ouest de cette charmante contrée à l’ambiance pesante, sifflotant un air joyeux pour distraire le tout petit léger malaise qui s’est installé tout au creux de mon estomac. Et alors que nous marchons sur la route, une créature sort de l’ombre et…

« Aaaaaah un serpent, hurlé-je en bondissant et atterrissant dans les bras de Naumok (Cherchez pas, je suis une pro)
- Anhy, respire ce n’est que moi, me répond la bestiole immonde avant de prendre une forme elfique.
- Aaaaah un elfe, hurle Death, Roxxooooor novachipeconedefroitraidefeu sitoupléééééé ! ».

M’interposant une nouvelle fois entre mes « amis » (plus que) zélés et mon ex nouvel ami, je me tourne vers le druide corrompu en lui jetant un regard interrogatif.

« Tyrion, qu’est-ce que tu fais là ?
- Oh rien je me promenais et je voulais voir ce qu’il y avait de sympa dans la région.
- Et ben tu dois pas être déçu ! Tu as trouvé quelque chose d’intéressant. ?
- Oui, je viens de trouver un petit compagnon : Choupi !
- Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaah » hurlé-je de nouveau avec le combo bondir/retomber dans les bras de Naumok.

Choupi, qui n’a d’ailleurs de Choupi que le nom, est en réalité un de ces chiens maléfiques et me regarde droit dans les yeux. Un espèce de feu rouge trône au centre de ses pupilles et je peux distinguer de petits crocs sous les babines baveuses.

Soudain, après un clin d’œil de Tyrion à son « chienchien », le fauve se lance dans ma direction, me saute dessus en plaquant ses deux pattes sur le torse, me faisant basculer en arrière. Je prie tous les esprits de la forêt dont je me souviens, croyant ma dernière heure arrivée….

… jusqu’à ce que je sente sa grosse langue baveuse gentiment caresser mon visage. D’après vous, qu’est-ce qui est plus atroce qu’un gnome qui danse (ou même qui respire tout simplement) ? Ne cherchez pas, vous avez trouvé !

Choupi me regarde avec ses grands yeux démoniaques, je me dégage et lance un regard sévère à mon confrère corrompu. Celui-ci me sourit timidement et je me tourne vers mon groupe.

« Bon, on le laisse venir avec nous ? M’est avis que Choupi peut nous être utile là-dedans ! ».

Avant que quiconque n’ouvre la bouche (pour être plus exact avant que Death m’appelle encore la Nhôbe), je me mets en route, indiquant le chemin à Tyrion. Je jette un dernier regard inquiet à Choupi, le chienchien de l’ombre.

Nous voici donc à l’entrée du territoire des Ecarlates. Quelques soldats patrouillent et protège l’entrée du bâtiment il va falloir la jouer fine et …

« Tyriooooooooooon ! Retiens ton clébard ! hurlé-je alors que Choupi se lance tête baissée dans la mélée.
- Heu, Anhya, il est un peu incontrôlable…
- Choupiiiiiiiiiiiiii, non pas tous en même tem… ».

Pas le temps de finir ma phrase que le diabolique toutou est entouré par quatre soldats qui le couvrent complètement à notre vue. Je m’apprête déjà à présenter mes condoléances à Tyrion quand j’entends un hurlement humain. Je fais volte face et constate avec un mélange de fascination et d’horreur que l’adorable Choupi se trouve au sommet d’un monceau de cadavres… et quand je dis cadavre, c’est vraiment un terme générique.

« Il est pas formidable franchement ? sourit Tyrion en donnant une tape amicale à son démon de compagnie. J’avoue avoir longtemps hésité entre la corruption et le noble art de la chasse, avec Choupi j’ai l’hydromel et l’argent de l’hydromel ».

Me gardant bien de tout commentaire, je lui fais signe d’avancer sous le regard cynique de Deathkiller qui doit certainement se dire que le terme Nhôbe irait beaucoup mieux au druide devenu chasseur corrompu (à ne pas confondre avec le chasseur corrompu qui gambadent derrière ces affreux démonistes !). Et là vous me direz, qu’y a-t-il de pire qu’un chasseur ? Réponse : un chasseur pouvant se transformer en serpent (gniiiii) ayant pour compagnon un dogue corrompu…

Bref, une mise au point par Death et la première salle nettoyée par Choupi plus tard, nous voilà devant l’entrée de la bibliothèque.

« La Nhôbe, passe en « phuphu » pour voir ce qu’il se passe et combien ils sont ! m’ordonne Death.
- Je m’ap … oh et puis laisse tomber, j’y vais ».

Laissant échapper un grommèlement, je me métamorphose en félin cornu et me concentre un peu plus pour me fondre dans le décor. Je m’avance dans l’étroit corridor pour constater les défenses de l’ennemi. Premier couloir vide … curieux.

Décidée à poursuivre plus avant mon investigation, je me rends au bout du couloir jusqu’à arriver à la porte d’un jardin intérieur. Plutôt mignon comme endroit ! Je pénètre le petit Eden et constate qu’il n’y a toujours personnes.

« Mmmh c’est curieux, soufflé-je ».

Je reviens donc en arrière pour en informer le petit groupe qui décide, sur mes mots, d’aller pousser l’investigation plus loin. Nous pénétrons tous dans le petit carré de verdure, Choupi sautant dans tous les sens et Tyrion lui envoyant des bouts des cadavres de tout à l’heure.

« Bizarre, réfléchit Deathkiller. Il devrait y avoir du monde, des chiens, toussa.
- Boss, c’est ptête la kermesse annuelle à Stratholme, on sait jamais.
- Roxxor … soupire le mort vivant. Non ce doit être autre chose, quelq… ».

Comme personne n’arrive jamais à finir une phrase dans mes histoires, un événement se produit, empêchant le voleur de finir sa théorie.

Une quarantaine de moine vêtu de rouge déboule dans le petit espace, des chapeaux pointus ridicules sur la tête et nous encerclent en hurlant …

« SURPRIIIIIIIIIIIIIIIISE ! »

Heu …

….

Je crois qu’il y a eu comme une confusion …

« Qui êtes-vous ? » réagit enfin l’un des moines.

Ah ben quand je l’dis !

« Heu… commencé-je, nous cherchons les toilettes ? » tenté-je.

Death, Tyrion, Naumok, Roxxor et Shadow se tournent d’un seul orc vers moi et leur yeux disent un truc comme « HEIIN ?! ». Je ne peux que hausser les épaules, après tout, il m’a prise au dépourvu ce moine tout en rouge !!!

Sans me démonter, je reprends la parole.

« Et vous qui êtes-vous ?
- On attends Parker, il part en retraite aujourd’hui et on lui a réservé une petite surpr … hey pourquoi je vous raconte tout ça moi !!
- Heu… parce que j’ai l’air sympa, tenté-je sans espoir.
- EXTERMINEZ LES !!!!!!! » hurle le bonhomme.

Je le sens encore trèèèès mal. Peu décider à abîmer ma belle peau de pêche, je me métamorphose en ours et pousse un gros rugissement bien violent et agite mes papattes. Les écarlates semblent hésiter une seconde puis reviennent à la charge, me rouant de coup que j’amortis heureusement grâce à ma peau épaisse.

Et là, ils commettent leur seule erreur.

Celui qui avait parlé un peu plus tôt s’était lancé sur un Tyrion métamorphosé en serpent. Même pas peur le mec ! Et le pire c’est qu’il parvient à lui entailler le torse, même si ce fut superficiel. C’est là que tout se met à dé@!#%r.

Choupi lève le nez de son quart d’heure déjeuné et se jette à la poursuite du malheureux moine qui voit le molosse démoniaque avec une colère sans nom dans les yeux. Il commence donc un sprint impressionnant qui le fait tourner à droite suivi de très près par Choupi qui tente une remontée, ils se tallonnent, le moine semble désespéré en jetant un coup d’œil par dessus son épaule et s’aperçoit que le molosse gagne du terrain. Très en endurance jusque là, Choupi tente le sprint de la dernière chance, cette course est très serrée le moine est sur le point de franchir la dernière porte qui mène à son maître mais… OH MY GOD… Interception de Choupi qui par une manœuvre fait basculer le moine qui s’écroule sur le sol sous le poids de la bête. Celle ci est sur le point de gagner ce match tout sauf amical, elle plonge sa gueule vers le moine et lui déchiquète la moitié du visage. Le moine tente une percée pour s’enfuir en hurlant mais l’intraitable Choupi le termine et sort vainqueur de la confrontation.

Choupi : 1
Le Moine : 0

« Et ils sont où !! Et ils sont où !! Et ils sont où les moines écarlates lalalalalalalalalalalalla, commence à chanter Tyrion.
- ‘Tain c’est une brute ce clebs, s’exclame Death avec un soupçon d’envie dans la voix.
- Ouais, mais c’est mon Choupi ! se défend Tyrion. D’ailleurs, si tu tues tous ces méchants monsieurs, ajoute-t-il en désignant les autres moines, tu auras le plus gros nonosse que tu as jamais vu ! ».

Il n’en faut pas plus pour le bête batte un peu de la queue et se jette toutes dents dehors sur les pauvres bougres qui restent plus ou moins impuissants face à la hargne du cabot.

Une extermination, une traversée de couloir et le récupérage d’une clef rouge plus tard, nous nous retrouvons devant la monastère pour nous partager les objets trouvés sur les cadavres. Bien évidemment, Death semble avoir les poches bien pleines mais se défends de tout vol !

Ils se mettent tous en route vers Undercity, moi en retard à compter mes pièces. Je constate que le molosse se trouve assis à côté de moi à regarder son maître s’éloigner en direction de la ville.

« Au moins toi, t’es bien heureux. Pas à t’emmerder à faire des missions pour plein de gens !
- Sur ce point je suis bien d’accord », prononce le molosse d’une voix grave et extrêmement posée.

Heu …

« Tu parles ? demandé-je, même plus étonnée.
- Je suis un chien démoniaque, je ne suis pas stupide chérie ! ».

Et bien … on peut dire qu’ils se sont trouvés ces deux là !


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 7:59

Episode 9: Petits meurtres entre amis

Alors que l’astre solaire arrive au plus haut de sa course (en gros, c’est bientôt l’heure d’aller becqueter…), je soupire en me prélassant sur le toit de la banque d’Orgrimmar. Allongée, m’étirant tel un chat, je prends un bain de soleil bien mérité.

En fait, comment vous raconter ? Le truc c’est qu’avec Tyrion, une sorte d’amitié étrange (qui a dit corrompue ?) s’est installée entre nous. Nous avons donc voyagé un peu partout tous les trois (Choupi inside) pour voir ce qu’il y avait de beau sous d’autres cieux. Je vous la fais version gnomaroïde de vacances.

Alors sur celle là c’est moi qui essaie d’échapper à un naga sur la grève de Zoram. Comme vous pouvez le constater sur la photo, un très joli éclair se dirige vers moi et je vous le donne en mille, m’a bien crâmé l’arrière train.

Là c’est Tyrion qui fait un gros câlin à Choupi dans Désolace, juste avant qu’il s’aperçoive que cinq kodos enragés lui fonçaient dessus. C’est dommage, la batterie a lâchée à ce moment là mais j’aurais adoré vous montrer comme Choupi est plein de ressources.

Sur celle-ci, si c’est flou, c’est normal. J’étais cachée derrière une table pour prendre les photos avec Tyrion. C’est à Gadgetsan, vous pouvez voir le toutou en train de faire un strip poker avec une druidesse elfe. Il a certainement du lui raconter que c’était une transformation qu’elle obtiendrait plus tard…. Les elfettes … Enfin chapeau le bulldog, il l’a plumée la « grandes oreilles ».

Oh si, regardez celle-ci. C’est Tyrion et moi dans les Carmines. Quoi ? Les gardes qui courent derrière nous ? Qui prenait la photo ? (m’enfin, Choupi bien sur !). Et donc pour en revenir aux gardes, cela nous renvoie vers la photo suivante.

Donc sur cette photo, voici Nadine, en vacances dans les Carmines elle aussi. On a bien ri et elle a accepté de prendre la pose pour nous. Quelle taquine celle-ci !

Et donc, je me repose puisque le tour du monde, c’est pas ce qu’il y a de plus simple.

C’est alors que j’entends des cris, des encouragements qui proviennent de plus loin devant, au niveau de l’entrée d’Orgrimmar. Curieuse (moi ?), je me rends donc sur place pour voir de quoi il s’agit.

Une mini foule compacte composée d’orcs, de trolls, de taurens et de morts (ewwwh) vivants, scandent des noms et se poussent dans tous les sens. Je parviens à me frayer un chemin pour voir de quoi il retourne et aperçoit un voleur orc mort de rire qui montre un pauvre troll qui se roule par terre de douleur.

Je soupire, écarte les mains et un soupçon de magie naturelle plus tard, le troll est à nouveau comme neuf. Je sens des regards pesants sur ma personne et je vois l’orc qui me regarde d’un mauvais œil.

C’est alors qu’il apparaît. Grand, poilu, des cornes parfaitement proportionnées, un mufle ultra sexy et des bras musclés comme des cuisses. Il s’approche d’un pas mesuré en me fixant dans les yeux et est suivi de près par un tigre de Strangleronce. Il porte un bel arc en bois précieux à la taille et une épée sur le flanc gauche.

Il se plante devant moi et moi je … et ben j’essaie d’organiser mes pensées. Que ferai Nadine dans ce genre de situation, elle qui est si classe (morte mais classe) dans toutes les circonstances ?

Je ramasse un peu mes nattes, passe ma langue sur mes dents et lui fait un beau sourire. Mais lui pour toute réponse lève le bras, fais apparaître un grand bâton et le plante devant moi. Le bâton est surmontée d’un fanion représentant deux lames croisées. Le bougre se recule et semble attendre quelque chose tandis que l’assistance bourdonne d’un « ooooh » murmuré.

« Il te provoque en duel, me chuchote une petite fille orque toute verte et tirant sur ma cape.
- Oh mais je … pourquoi ?
- Les hommes… », soupire la gamine complètement blasée.

C’est moi ou tout le monde est devenu dingue ?
Je me tourne donc vers l’éphèbe à poil qui me dit textuellement :

« Kay nhôbe, j’te thout chotte et j’vais frague de la Lie au goulet ensuite ».

Qui a dit un jour que les vaches blondes étaient stupides. A mon avis, c’est pas nous qu’on est les pires *rire idiot*.

Le problème c’est qu’il avait prononcé le mauvais mot : nhôbe. Je sens déjà la fumée qui sort de mes narines, hop hop hop je laisse sortir le nounours qui est en moi et CHARGEEEZZZZZZZ……

……. pourquoi je suis congelée dans un glaçon ?

Ensuite tout prend à peu près une seconde :

- un coup de fusil retentit dans l’air
- la glace pète, tout comme mon cuir épais
- un coup de griffe de la part du chaton de monsieur
- un coup de massue qui finit par m’assomer

Je suis donc là, les quatre fers d’ours en l’air, la tête dans les nuages et plus beaucoup de vie dans le corps. Le chasseur lui a l’air de pas trop mal s’en tirer, il balance un bout de bidoche à son familier et me regarde de travers.

« J’tai paire faicte la nhôbe ».

La petite fillette vert olive revient vers moi, m’applique une petit bandage et me souffle à l’oreille :

« T’façons papa m’a toujours dit : naiiirrrrffee chasseuuur. Remarque, ça aurait pu être pire, tu aurais pu tomber sur un démo !
- Un quoi ?
- Un démoniste. Tu sais ceux qui font joujou avec une succube à la limite du bon gout.
- Mais tu as quel âge toi, m’exclamé-je aussitôt. D’où tu sais tout ça ?
- Cherche pas, tu sais nous, on est une génération désenchantée, tout est KO toussa.
- C’est d’un cliché… soupiré-je. Bon donc si j’ai bien compris, je m’éclipse avant qu’un de ces foutus démos me provoque en duel.
- Tout à fait », me sourit-elle.

Mais alors que je me lève, je vois un mort (ewwwwwwwh) vivant qui s’avance, flanquée d’une s****** à fouet et je comprends qu’un fameux démo va me provoquer en duel.

Suivant mon instinct et les conseils de Naumok, j’applique donc la méthode propre à cet art étrange qui implique les démons, à savoir :

- Concentration
- Forme de voyage
- Couriiiiiir très vite
- Concentration
- Forme de tauren (la plus belle de toute)
- Souffler très fort sur la pierre de foyer pour dégager de là vite fait.

Je tourne la tête et je vois le mort qui court dans ma direction. Il me fait signe d’attendre mais je ne suis pas dupe. Et alors que la pierre de foyer s’enclenche pour m’emmener loin d’ici, j’ai juste le temps d’entendre.

« Attendezzzz, je voulais juste vous dire que votre pantalon est complètement déchiré !!! »

C’te honte.

Et dire que je suis réapparue au milieu de Thunder Bluff à moitié nue.

Mais pourquoi ça n’arrive qu’à moi……


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:00

Episode 10 : Jurassic Crat’

BzzzzzZZZZZzzzzzzZZZZZZ

PAF

Hehe.

J’aime pas les serpents mais je crois que les moustiques arrivent tout de suite derrière. Ces petites bestioles et leur dard piquant ont un quelque chose d’ennuyeux qui n’est propre qu’à cette race … peut-être avec les gnomes remarquez … Tout l’intérêt d’être une tauren, c’est que la queue est fourni en série, donc les PAF MOUSTIK sont très faciles à réaliser.

Je me trouve donc dans la très (tropicale ?) région d’Un Goro. Un charmant cratère tout de vert paré et peuplé de bestioles tout aussi curieuses. Bashana Runetotem, hippie de son état, m’a demandé il y a quelques jours de faire une petite excursion dans le cratère afin de ramasser de l’Humus pour ses recherches sur la fibre d’aurore.

Entre parenthèse, je me demande à quoi peut bien (réellement) lui servir cette fibre mais passons.

Donc me voilà, ma machette dans une main, une très seyante combinaison d’exploratrice (dans des tons brun clair absolument fabuleux !) et un petit sac d’échantillons dans l’autre à crapahuter sur le sol détrempé de l’endroit.

Tiens, c’est drôle, je me demande si Nadine a déjà mis les pieds … enfin les ailes… par ici ? Vue la faune environnante, à mon avis, c’est pas le boulot qui doit manquer. Parlant de faune justement, on trouve au choix :

- des bidules visqueux qui rampent, un peu comme ceux d’Ashenvale,
- des lézards à crête
- des lézards à ailes
- des lézards tout court.

En bref, pas grand chose de réellement effrayant une fois transformée en nounours redoutable qui fait peur de la mort qui tue .

Donc me voilà, à quatre pattes, à fouiller dans les pousses d’Un Goro. C’est dégoutant, la terre est vraiment boueuse et je vous raconte pas la douche ultra nécessaire que je vais devoir prendre pour dégager tout ça.

C’est alors que la terre se met à trembler. Réfléchis vite Anhya… Tu es dans un cratère, il y a une sorte de volcan au milieu, l’endroit a l’air instable, conclusion : tremblement de terre.

BEEEEEEEUUUUUUAAAAAAAAAAAAR *grognement de gros, mais alors très gros reptile*

Reste calme vachette, reste calme…

Je me retourne en me préparant à … heu ben en fait en me préparant à rien parce que je ne sais pas ce qui m’attend et je me retrouve mufle à orteil avec un …

« DIABLOSAAUUUUUUUUUURE », hurlé-je en adoptant immédiatement ma forme de voyage et en poussant de concert un « AAAAA L’AAAIIIIDE ».

Le problème avec ces grandes choses, c’est qu’une enjambée pour eux, représente une sacré distance pour la bestiole jaune que je suis devenue. Je sens que l’écart fait tout sauf se creuser et les tremblements se rapprochent dangereusement. J’ai beau apprécié beaucoup Nadine, pas envie de la voir aujourd’hui !

je vois une porte de sortie à cette histoire. Un lac est à peine à quelques centaines de mètres de moi, je pense que le gros pourra pas me suivre bien loin la dedans. Je suis au bord, je bondis, comme pour donner plus d’effet à cette scène et au moment de toucher l’eau… heu ben je touche pas l’eau.

Je sens une étreinte autour de moi et je comprends rapidement que le gros m’a en main.

Nadine, je devrais plus trop tarder là.

La bestiole me rapproche de son visage et découvre ses grandes dents pointues et dégoulinantes de bave. Je résiste à l’envie de lui conseiller la nouvelle pâte à dent à base de mage royal qui nourrit la gencive et laisse les dents d’une blancheur immaculée. D’ailleurs à mesure que je m’approche de sa cavité buccale, je constate qu’un peu d’eucalyptus pourrait assainir tout ça.

Mais alors que je pouvais déjà sentir le parfum si particulier de Nadine, le Diablosaure pousse un hurlement et me lâche. Je reste un instant suspendue dans les airs, le temps arrêté avant de comprendre que je suis sur le point de faire une chute de quelques mètres. Décidée à ne pas hurler pour la énième fois dans cet épisode, je me contente de hausser les épaules et de me ramasser lamentablement sur le sol meuble.

Reprenant mes esprits, je me tourne vers mon agresseur et constate qu’il est aux prises…

… avec une panthère noire.

Mmmh, m’est avis que le miaou ne va pas tenir bien longtemps.

Je sens néanmoins que le lézard fatigue, même s’il tient bon. C’est alors que je commence à comprendre. La panthère noire arrête de frapper et… SE TRANSFORME en elfe, balance un bidule vert puis un soin pour retourner en félin.

« UNE PANTHERE ! Va falloir que je cause à Môssieur le maître druide moi ! ».

Un druide… elfe en plus. Mmmh que va-t-il se passer quand le diablosaure l’aura tué ? Ouais c’est bien ce qu’il me semble, ça va me retomber sur ma pomme. Allez hop, je fonce aider le grandes-oreilles à descendre c’te bestiole.

A nous deux, et quelques coups de grigriffes plus tard, le diablosaure pousse enfin son dernier soupir et tombe lourdement sur le sol.

Je reprends ma forme de taurenette et me lance un petit soin qui n’est vraiment pas superflu. L’autre reste en forme de félin et vient se poster devant moi, l’air énigmatique.

« Ecoute, commencé-je, je sais que tu ne comprends pas ma langue mais c’est cool ce que tu viens de faire.
- Oh mais je te comprends parfaitement, me répond-il en reprenant sa forme de lanceur de sorts. J’ai toujours aimé les langues primitives ».

Je sens qu’il m’énerve déjà… -_-

Il s’avance vers moi, sans doute pour que je jauge mieux son équipement au complet. En même temps, je vois pas pourquoi il parade comme ça, il a des branchages sur les épaules et une capuche surmontée de cornes de caribou. Dans l’genre classe on a vu mieux ! Je ne vois pas son visage et il doit sentir que ça m’énerve.

Dans un geste hautement théâtral, il repousse son capuchon et remet ses cheveux en place en tournant la tête de droite à gauche. Les elfes …

« Et bien il semblerait que j’arrive à temps, jeune sauvage, continue-t-il d’un ton impérieux.
- Dis donc, c’est moi que tu traites de sauvage avec ta peau ridiculement bleue ?
- Oh, il est vrai que je dois m’adapter au niveau des peuplades que je rencontre. Je me présente : Gillian Van Den Graou, votre humble serviteur.
- Anhyanka Leah, qui vous dit au revoir ».

Sur ces mots, je tourne les talons énervée et m’éloigne du désagréable habitant des bois.

« Attention », me crie-t-il… trop tard.

Mon sabot se prend dans une racine, me faisant effectuer une jolie figure qui me fait me ratatiner sur le sol, et notamment dans l’un de ces « blobs » verts. Evidemment, PLAF, PLOUF, SCHPLOTCH, je sens déjà que je suis mal barrée.

Et puis le « blob » fait « schplatsch » sous la puissance d’un feu stellaire qui « zwing » à mon oreille. Je me retourne pour voir que le Van Den Machinchose se tient là en me souriant.

Sauvée deux fois par un elfe ça commence à faire beaucoup.

« Sur ce ma jeune amie, je vous laisse. Faîtes attention à vous. Je ne serais pas toujours là pour vous aider ! Et puis un conseil…
- Un conseil ? Mais vous vous prenez pour qui ?
- J’aime bien donner des conseils. L’expérience de l’âge je dirais…
- Mouais, ça fait combien de temps que vous êtes druide.
- Oh je ne saurais plus trop dire. Ca fait tellement longtemps que j’en ai jusqu’à oublier comment s’obtient cette forme si atroce de lion de mer.
- Vous aussi, vous la trouvez moche, hoché-je de la tête.
- Bon et bien ravi de vous avoir rencontré jeune… taurenne. A un de ces jours. A propos, quel est votre nom ?
- Anhyanka, je vous l’ai dit il y a cinq minutes, soupiré-je avec un visage qui devait grosso merdo ressembler à ça : -_-*
- Bien, Anissa, bonne continuation ».


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:02

Episode 11: War Academy

« Ma chère Anhyanka, je vous ai recommandée pour une mission auprès de Thrall et Cairne en personnes. Soyez présente dans la hutte d’Orgrimmar demain en début d’après midi.

Bien à vous

Archidruide Runetotem »

Je suis en train de relire le message énigmatique de Môssieur le Maitre Druide tout en avançant dans la Herse, à Orgrimmar. Je sens bien une autre tuile à ajouter à mon palmarès qui commence déjà à être bien fourni.

Alors quoi de neuf me direz-vous. Et bien pas grand chose à part :

- Tyrion et Choupi ont décidé de faire un pèlerinage du côté de Désolace, soit disant pour comprendre leurs origines, leur essence démoniaque toussa. Bref a priori ça va prendre un peu de temps, ce sera déjà deux tordus de moins dans mon entourage.

- Naumok a décidé de mettre fin à ses jours et de repartir vers une dimension parallèle, celle d’où il venait apparemment. D’après ce qu’il m’a expliqué, tout est strictement identique mais les gens sont différents… mouais, c’chelou son truc. Faudra que j’en parle à Môssieur le maitre druide.

- Plus de nouvelles de la « foule dépéhesse time », une rumeur raconte qu’ils ont probablement changé d’identité pour un nouveau départ. Qui sait …

- Nadine, cette petite cachotière, m’a raconté après mon épisode dans le cratère aux monstres (no comments) qu’elle avait enfin réussi à obtenir un rancard avec le gardien des âmes de la Vallée d’Alterac. D’ailleurs ça me fait penser qu’il faudra que j’aille y faire un saut dans cet endroit !

Et à part ça le néant… Enfin excepté ma missive.

Je me présente donc à l’entrée de la Hutte de notre cher Thrall et m’avance dans le baraquement éclairé à la chiche lumière des flammes. Je passe la première partie et entre dans ce qui pourrait étrangement faire penser à une arène.

Là se tiennent les habituels maîtres de guerres orcs, tous plus verts les uns que les autres, parfois je dois le dire avec une petite touche bleutée qui n’est pas pour me déplaire. S’ajoutent un ou deux trolls, ces grands dadais aux yeux toujours rouges et à la voix chantante.

Thrall, impérieux, grands et… vert se tient là dans l’armure rouge/noire prise sur son mentor (si j’ai bien compris les cours d’histoire pré-mesa-de-nuage-rouge). Il semble un peu soucieux et se tourne sur sa gauche pour s’entretenir avec l’un de ses lieutenants.

Je constate au passage que je suis loin d’être la seule à avoir été convoquée. Je vous le fais pèle mêle.

- deux morts-vivants, un homme prêtre et une femme voleuse, à la fois très semblables et très différents (vous comprendrez…)
- trois taurens mâles (*o*) tout en muscles et en poils. D’après ce que je peux voir, je dirais que deux d’entre eux sont chamans et le dernier guerrier.
- trois orcs, deux guerriers et une femelle assez énigmatique.
- deux trolls, un mâle au regard un peu barré par la folie et une femelle qui semble très douce, probablement une autre prêtresse.

Voilà donc le tableau et je suis donc la seule druidesse représentée ici. Erf, ça m’arrange pas. Remarquez, l’un dans l’autre, si je fais une erreur, je serais la seule à m’en apercevoir .

Toujours voir le bon côté des choses.

Je m’approche donc de l’estrade où se tient le chef de la Horde et me prépare à attendre quelque peu.

« Huhu. Hello jolie vachette, me souffle une voix derrière moi.
- Je… m’apprêté-je à rétorquer lorsque je constate que c’est le guerrier tauren qui me parle. Anhyanka, ne pus-je que poursuivre niaisement.
- Huhu ! Moi c’est Avrok ma belle ».

Et lui de s’éloigner en sifflotant, sa hache à double tranchant sur l’épaule. Va me plaire cette réunion.

« Bien, la dernière personne est arrivée, commença Thrall en me jetant un regard entendu. Nous allons pouvoir commencer ».

Il fit une pose et but une gorgée de bière. Un petit orc trapu, une barbiche blanchâtre siégeant au creux de son menton, déboule essouflé dans la pièce, trois énormes plans dans les bras. Thrall lui fait un sourire attendri et enfile une paire de lunettes à la monture soignée.

« Vous vous demandez sans doute pourquoi vous êtes ici. Je vais vous répondre (ah bah ça ça tombe bien alors -_-). Comme vous le savez, nos alliés et nous avons les plus grandes difficultés à garder dans notre giron les trois champs de batailles principaux avec l’Alliance. La bataille pour le clan Warsong est importante pour notre approvisionnement, les Profanateurs mènent des combats acharnés contre la ligue d’Arathor et les Stormpike sont de plus en plus audacieux dans la Vallée d’Alterac ».

A mesure qu’il énumère les différents points, le vieil orc affiche les trois plans sur un tableau posé au milieu de la pièce. Thrall souligne chacun des mots par un coup de baguette sec sur le tableau branlant.

« En clair, j’ai besoin d’un groupe de personnes qui se dédient à l’occupation de ces champs de batailles. Et vos chefs, maîtres et mentors vous ont sélectionnés pour réaliser cette tâche ».

Heu, il y a pas erreur quelque part là ? Rappelez-vous : GAFFEUSE ! Remarquez, vous l’aurez cherché…

« Laissez-moi vous présenter chacun et chacune. Wartog et Avrok, de fiers guerriers représentant les orcs et les taurens, deux races sœurs depuis des années. Ammeno et Iryx, deux membres serviteurs de l’ombre comme de la lumière, Dolta, qui manie les démons avec une adresse apparemment intéressante, même si je dois l’avouer, c’est un art que je cautionne peu. Pha, un mage puissant malgré son âge peu avancé, Selketh, une voleuse qui se faufile à travers les ombres, et Taur et Skarguk, deux chamans formés à Thunder Bluff par d’excellents frères d’armes. Et nous avons pour finir… heu…
- Anhyanka, druidesse, vot’ seigneurie.
- Anhyanka, reprit-il de plus belle, recommandé par l’Archidruide Runetotem en personne. Bienvenue donc à tous, je vous invite donc à faire plus ample connaissance autour d’une chope de bière ».

Il ne sait pas qui je suis ! Non mais j’hallucine, il y a si peu de druides que ça sur cette terre … bon ok il y a peu de druides sur cette terre mais bon !

Décidée à ne plus penser à ce petit désagrément, je me rapproche donc du prêtre mort vivant, le dénommé Ammeno, pour entamer un semblant de conversation.

« Salut, dis-je avec mon plus beau sourire.
- Bonjour, me répond-il sobrement en me regardant de bas en haut. Vous êtes la « druidesse » n’est-ce pas ? –chaque mot est dit avec une lenteur cadavérique terrifiante-
- Oui c’est moi. Tout est en double sauf les druides à ce que je vois ! ajouté-je en riant.
- Oui, c’est curieux en effet », conclut-il en s’éloignant comme en lévitation.

Donc, déjà, je raye le mort de ma liste. Ca commence fort. Je me tourne vers le groupe et je constate que Avrok et le dénommé Skarguk gloussent en jetant des regards dans ma direction. Je sens que ça va m’énerver, tourne la tête. Je me dirige vers la trollesse qui a à peu près l’air aussi perdue que moi.

« Hello, Iryx, c’est ça ?
- Oui, sursaute-t-elle. Et tu es Anhyanka si je me souviens bien ».

Elle a retenu mon prénom, elle, je l’aime bien !

Bref nous papotons de la pluie et du beau temps, elle me raconte qu’elle connaît très bien Taur, le troisième Tauren, pour avoir effectué beaucoup de menues missions avec lui. Ils me plaisent bien tous les deux.

Au bout d’un bon quart d’heure, les guerriers un peu échauffés par l’alcool, il est décidé d’aller sur le champ de bataille qui oppose les Warsong au Clan Aile Argent. Ma dernière expérience dans ce qu’ils appellent le goulet n’a pas été ce qu’on peut appeler concluante. Mais soit, peut-être que ce sera différent cette fois-ci !

M’apprêtant à prendre ma forme de voyage pour me diriger vers la frontière avec les Tarides, Skarguk et Avrok se précipitent et me prennent chacun par un bras.

« Huhu, tu as pas l’air de vraiment connaître le goulet ma jolie, pas vrai ?
- Mais lâchez-moi ! Oh mais si je connais très bien, les orcs, la forêt, la scierie, toussa, rétorqué-je d’un ton mal assuré.
- Suis-nous ma belle », roucoule Skarguk.

Et là, révélation des révélations, un maître de guerre est présent à Orgrimmar et il peut nous téléporter directement dans l’enceinte des Warsong. Trop la classe …

Enfin bref, nous nous regroupons et d’un seul orc nous demandons au maître d’entrer tous les dix dans le champ de bataille.

Un tourbillon, un haut le cœur et un dégobillage derrière le d@%##au plus tard (ça ce sera pour l’impudent qui voudra prendre notre d@%##au hehe), nous voilà donc tous les dix dans la pièce principale. Immédiatement Skarguk prend les choses en main et nous assigne.

« Alors mes cocos, voilà comment on va faire. En attaque, pour prendre ce fichu d@%##au, on va envoyer Dolta, la démoniste, Pha, le mage, les deux prêtres, Avrok le guerrier et la Miss Thunder Bluff. Je reste en défense avec Wartog, Selketh et Taur. Bon courage ».

Un « chef oui chef » ironique faillit passer la barrière de mes lèvres mais à la réflexion son plan semblait tenir la route et tout le monde était prêt à y aller.

Iryx me fit un sourire. « Anhya, c’est à toi de prendre le d@%##au, je veillerai sur toi ».

Rhooo j’avais envie de la serrer dans mes bras elle, troooop mignonne et gentille. Heu… hein ? Je dois prendre le d@%##au. La dernière fois j’ai failli …

Pas le temps de finir que je les vois déjà tous se ruer dans le camp adverse à dos de montures. Hop, je me changeforme (oui il paraît qu’on dit comme ça !) en guépard et nous voilà bientôt dans le fort ennemi.

Je vous épargne le combat, mais en gros, un sprint, une coup de massue paladine (aïïeuh) et un bouclier Iryxien plus tard je déboule comme une furie hors de l’enceinte. Ammeno, le mort qui a vraiment la tête d’un mort (ewwwh) est au centre et attends que je passe.

l est devenu tout sombre avec de la fumée violette. Couriiiiir, même si je sais que c’est pas pour moi, mon code de déontologie druidique, paragraphe cinq, n’est pas très clair à propos des ténèbres.

Enfin bref, je finis par poser le d##*@au, je sens que les elfes en face sont pô contents et avec une tactique similaire, nous parvenons à en voler trois, laissant suffisamment de temps aux orcs pour prélever un peu plus de bois. (Pourquoi je ne comprends toujours pas la logique ?).

Nous retournons donc à Orgrimmar, contents de notre victoire. Je dois admettre que ce groupe est bien différent des précédents ! Je sens que je vais bien m’amuser avec eux. Enfin …

Comme un rebondissement n’arrive jamais seul, une sirène retentit dans tout Orgrimmar, annonçant l’attaque de la ville. Je choppe un garde à la volée.

« Qui attaque la ville ?
- Oh ma bonne dame…
- Mademoiselle !
- Mademoiselle pardon. C’est une foldingue de l’Alliance, une démoniste. Ca fait trois fois qu’elle débarque à Orgrimmar en hurlant ‘C’est MOI la déesse, la SEULE, l’UNIQUE ! ». Un peu tarée je crois.
- Elle s’appelle comment ?
- Neurone… »


A suivre...


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:03

Episode 12: Neurone râle !

« Mouahahaha bandes de choses vertes, mortes ou à poils ! Soumettez-vous à ma grandeur mouahahaha ».

Si vous avez suivi donc, Orgrimmar subit l’attaque d’une démoniste un peu étrange du nom de Neurone. Toujours flanquée de mes nouveaux compagnons de route, nous suivons la piste des hurlements de la malheureuse pour débouler sur la place principale de la ville.

Des traits de l’ombre par ci, une succube par là et nous écartons un peu tout le monde pour voir à quoi ressemble la cause de tout ce cirque. Iryx et moi parvenons à nous faufiler et nous tombons nez à… heu ben à vide avec…

UNE GNOMETTE !

C’est une gnomette qui fout tout ce souk à Orgrimmar ! Ayant arbitrairement décidé que je détestais les gnomes depuis mon plus jeune âge (pas d’bol, c’est tombé sur eux, je lance un regard entendu à Iryx en lui faisant comprendre qu’il vaudrait mieux faire sortir l’impudente les deux pieds devant.

« Vous ne comprenez pas, râclures du néant distordu, la seule vraie puissance c’est moi. Mouahaha les gnomes vaincront, je vaincrai et vous gouvernerai tous. Mouahaha. Là où ces humains et ces elfes… pouah !... ont échoué, NOUS réussirons mouahahaha. Je … »

Mais c’est le moment que j’ai choisi pour lui placer perfidement, je dois le reconnaître, un violent coup de griffe dans le dos, ravageant par la même une robe en soie d’une facture vraiment très bonne (comme quoi les gnomes ont finalement un peu de goût).

La mémère semble s’énerver quelque peu. Elle se retourne et me regarde trèèèès méchamment. Te laisse pas démonter Anhya, Iryx fait gaffe à tes miches.

« Graou greuh graou » lançai-je tout en m’élançant moi-même vers le petit bout de chair à couettes vertes. Mais celle-ci n’est pas en reste. Evitant savamment mes griffes, je vois la succube disparaître sur ma droite et la gnomette se concentrer méchamment. Un halo sombre entoure ses mains et je m’élance pour arrêter cette mascarade.

C’est alors que retentit une détonation qui me fait trébucher et … oui ben tomber ça va hein ! Je rouvre difficilement les yeux pour voir qu’un genre de météorite a atterri pile entre l’aspirante déesse miniature et moi. Intriguée, je lève un sourcil et…

VOIT LA METEORITE BOUGER ET SE LEVER !

Heu... je suis mal ?

« Anhya, recule-toi, c’est un infernaaaaal, me hurle Iryx.
- Graou ? » ne peux-je que répondre.

Je vois la grosse bestiole toute de pierre, de feu vert et de haine vêtue qui donne des coups autour d’elle à la cantonnade sous le « mouahahaha » soutenu de Neurone. Si j’ai bien compris la leçon, en tuant la démoniste, on bannit le démon.

De « graou », je passe à « beuar » sous le regard ahuri d’Iryx. Elle se reprend et me rebouboute (pratique ces petites choses non ?) de plus belle. (Que celui qui a compris la dernière phrase me jette la première pierre).

« BAAARRAAACCUUDDDAAAA » hurlé-je en chargeant la gnomette sans pitié. Mais alors que je lève la papatte pour lui en coller une (namého !), un déluge d’images atroces se déverse devant mes yeux. Je n’ai plus qu’une solution, fuir en hurlant pour me débarrasser de ces images. J’aperçois l’infernal qui en a fini avec un pauvre chaman orc, pas franchement vieux, et qui tout à coup se concentre sur mes fesses poilues de nounours !

Alors que je sens que Nadine va m’offrir petit gâteaux et thé, un déluge de glace, de flammes, de boules en tout genre, etc … s’abattent sur l’infernal qui s’effondre en quelques secondes.

Hehe.

Horde :1
Crotte à couettes : 0

C’est à ce moment que Neurone semble se rendre compte que venir seule sur la place principale d’Orgrimmar n’est pas l’idée du siècle quand on appartient à l’Alliance. C’est alors qu’elle commet un acte atroce, que dire immonde et dégoutant !

Elle rit.
Non mais je rêve, elle rigole en se tenant son petit nez et en ouvrant grand ses yeux larmoyants. J’entends déjà une petite rumeur attendrie dans les rangs des guerriers orcs, taurens et compagnie. Non mais pour qui elle se prend.

Décidée à l’éjecter vite fait bien fait de là, je chuchote un mot à Iryx. Celle-ci me sourit et se tourne vers la gamine. Ses yeux s’assombrissent et elle les ferme. Neurone arrête soudainement de rire et se précipite vers moi. Elle me fait un clin d’œil et lève le pouce en signe de victoire.

Faudra vraiment que je demande aux prêtres comment ils parviennent à faire ça. Enfin bref, je raccompagne l’intruse à la sortie, à l’aide du sort d’Iryx et la laisse devant Orgrimmar. Non mais ! C’pas une démoniste de l’Alliance qui va faire sa loi ici !

Je sursaute en voyant un filet sortir de nulle part et s’enrouler autour de la gnomette. Le contrôle d’Iryx disparaît et la petite s’égosille.

« Laissez-moi sortir, barbares impies ! Vous le paierez par la mort, je mettrai votre cité à feu et à sang, je … »

Je ne lui laisse pas le loisir de terminer car un léger coup sur la tête à l’aide de mon bâton l’envoie se promener dans d’autres univers. Un nain, flanqué d’un ours sort de derrière un rocher et me « pschiit ».

« Comment ça pschhht ?
- Chut, je veux pas que vos copains débarquent, merci d’avoir récupérer la petite folle, on a du mal à la garder enfermée.
- Ah pasqu’en plus c’est une psychopathe reconnue dans l’Alliance et internée !?
- Oui, rougit-il. Je suis chargé de la surveiller mais ces petites bêtes se faufilent partout. Remarquez, l’autre jour elle a envoyé son diablotin récupérer la clef pendant que je piquais un somme.
- Oh, je vois, ç’doit pas être simple de surveiller une démoniste…
- Oui. Vous avez l’air sympa vous pour une hordeuse. Vous avez pas encore essayé de me frapper, de m’humilier en allant chercher trois voleurs morts vivants. Ca vous dirait à l’occasion de venir boire une bière naine dans ma retraite dans les Serres Rocheuses ?
- Heu, pourquoi pas…
- Bien, je vous laisse Mälys, ma pigeonne, elle saura vous guider jusque chez moi.
- Quel est votre nom ? Moi c’est Anhyanka.
- Burritch, pour vous servir, me sourit-il. Bon je ramène Neurone dans sa cellule capitonnée. A bientôt jeune druidesse ».

Traînant le filet derrière lui, il disparut rapidement au loin. Intéressant ce nain…

« C’est moi ou tu viens de papoter avec un nain, la « druidesse », commence une voix grave derrière moi.
- Ammeno… soupiré-je. Oui je ne voyais pas l’intérêt de l’attaquer s’il n’est pas agressif. Nous sommes en guerre, pas des animaux !
- Dixit la druidesse, éclate-t-il d’un rire franc. Je crois que je t’aime bien ».

Et sans autre forme de procès, il fait volte face et s’éloigne lui aussi. Il va falloir que j’apprenne à cerner mes nouveaux compagnons parce que là, je commence à être perdue.

Jetant un dernier coup d’œil à Durotar, une légère brise caressant mon pelage, je rentre dans la ville pour aller discuter avec mes nouveaux amis autour d’un verre.


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:04

Episode 13 : Darna Sux

Pourquoi est-ce que j’écoute encore Tyrion, je pense que je suis un peu masochiste sur les bords !

Quelques heures plus tôt, alors que nous papotions sur les bords de la Rivière Argentée (apparemment Choupi adore… allez comprendre), Tyrion s’est subitement levé et s’était exclamé :

« Oh je sais, un endroit que je veux voir depuis tellement longtemps ».

Ou quelque chose d’approchant.

Moi, pas bégueule : « Hmm ok. Et c’est quoi cet endroit si spécial ? »
Lui, mystérieux : « Tu vas voir, ça vaut le détour, suis moi ».

Hmmm. Connaissant le loustic, je sens encore le truc compliqué. Mais passons. De toutes manières, je n’ai rien de mieux à faire cet après midi (surtout qu’avec Choupi dans les environs, j’ai tendance à me sentir en confiance).

Nous nous enfonçons donc dans Ashenvale pour déboucher sur Sombrivage, un tantinet plus déprimant. Nous avançons encore et là, Tyrion stoppe net.

« Heu… un problème, m’enquis-je.
- Viens pas ici Anhya, nous devons mettre deux trois choses au point avant d’aller plus loin ».

Il m’attire derrière un buisson et sort un nécessaire de maquillage de sa besace.

« Tyrion ! Pas question de me peindre le visage ! Tu as prévu d’attaquer une ville ou quoi !
- Pas d’attaquer, de visiter une ville, celle des elfes pour être exact, me sourit-il.
- Je m’en vais ! ».

Il me retient de justesse alors qu’une patrouille elfe passe juste à côté de nous. Il me lance un regard sévère qui me force au silence (ce qui n’est pas peu dire, vous en conviendrez !). Il ouvre la petite boite à maquillage et commence à se recouvrir le visage de bleu nuit et fonce ses cheveux à l’aide d’un peu de suie. Il étend son œuvre à ses bras et ses jambes et je dois admettre que le résultat est saisissant. Il ressemble à s’y méprendre à un chasseur elfe de la nuit !

« Choupi, mon ami, peux-tu te rendre invisible ?
- Oui elfe, sans aucun souci, répond-il avec son ton hautain habituel.
- Bien ! reprend Tyrion. Anhya, toi, adopte la forme de voyage.
- Heu, pourquoi ?
- Tu vas passer pour mon animal apprivoisé.
- JE VAIS QUOI ! ».

Une beigne sur la tête de l’elfe corrompu, un soupir et un assentiment plus tard, nous voilà tous les trois (à savoir le faux chasseur elfe de la nuit, le chien démon invisible et la druidesse de compagnie) aux portes d’Auberdine. Tyrion me souffle de rester calme et s’engage dans la petite ville.

Personne ne semble s’intéresser à nous et nous parvenons sur le ponton. Là même scénario, nous avançons sans problème jusqu’à l’arrêt de bateau. Deux sentinelles montent la garde et semble faites de cire. Elles sont complètement immobiles et regardent dans le vague.

Le bateau arrive enfin et quelques minutes plus tard, nous touchons terre sur l’île des elfes. Tyrion, toujours sûr de lui, avance et à mon grand étonnement nous passons sans la moindre encombre le portail d’entrée pour…

Darnassus…

Je reste sans voix devant le gigantisme de la ville. Nous avançons doucement sur l’allée centrale, moi (mine de rien) toujours un peu inquiète de me retrouver en territoire ennemi.

« Suis moi, chuchote Tyrion, nous allons aller boire un verre quelque part ».

Quelques minutes plus tard, Tyrion est attablé à une auberge Darnassienne tandis que moi, en ma qualité d’animal apprivoisé, je suis supposé rester sur le sol et ronronner. Je sens que je vais tuer Tyrion.

C’est alors que la porte de l’auberge s’ouvre à la volée pour laisser entrer une elfette très court-vêtue.

« Ïshandräêlossïnä, sers-moi une bonne rasade de cette fameuse bière naine. J’ai besoin de me sentir désinhibée.
- Comme si tu avais besoin de ça, rit l’aubergiste au nom imprononçable pour tout bon tauren qui se respecte.
- Oh, et tu mettras la même chose au charmant jeune chasseur au guépard là bas ».

Tyrion lève la tête juste à temps pour voir la voluptueuse créature se déhancher jusqu’à sa table. Sans rien demander, elle s’assied en face de mon elfe corrompu.

« Hello, beau bleu, c’est quoi ton nom.
- Tyrion, répond-il un sourire béat au bord des lèvres.
- Hmmm c’est très joli comme prénom, lui susurre-t-elle à l’oreille. Je … ».

Mais elle n’a pas le temps de finir sa phrase que la porte s’ouvre à nouveau à la volée, sous le regard contrit de l’aubergiste qui envisage probablement déjà un tour chez le menuisier. Une deuxième elfette fait son apparition et hurle à la volée :

« AAAARRREEEEDDDHHHEEEEELLLL ! »

La nouvelle futur ex petite amie de Tyrion laisse échapper un soupir et se retourne vers celle qui l’interpelle.

« Oui, Tot’ ? se contente-t-elle de répondre.
- Ca fait une heure que je poireaute en t’attendant. On devait décider quelle tenue serait parfaite pour le bal de Reflet de Lune la semaine prochaine.
- Oh… ah oui c’est vrai. Relax soeurette, on a encore une semaine et tu seras comme d’habitude parfaite !
- Oh, glousse-t-elle (les elfettes …), tu as probablement raison.
- Laisse-moi te présenter quelqu’un. Tyrion, un nouvel ami, Totalfina ma sœur ! ».

Je ne saurais trop décrire la tête de Tyrion à cet instant mais je vais aider la population masculine à visualiser. Imaginez vous entouré de nymphe au corps de rêve. Voilà vous y êtes (et arretez de baver sur mon histoire ! Un peu de concentration !).

La dite Totalfina traverse la pièce de façon aérienne pour finir de façon beaucoup plus terrienne par malencontreusement me marcher sur la queue, ce qui m’arrache un…

« Aaaaaïïëuh mais c’est pas vrai »

… en Taurahe…

C’est drôle comme une auberge qu’on pensait peu peuplée peut soudainement vous paraître hostile et pleine d’ennemis. Je compte qu’il y a en plus des deux nymphettes cinq elfes prêts à en découdre.

Hmmm, réfléchis Anhy, rééééfléchis !

Apparemment pour Tyrion c’est tout réfléchi puis qu’il se lève, hurle un « fuyons » et se rue dehors. Je ne suis pas en reste et ne perds pas un seconde pour sortir en trombe. Vous connaissez la théorie qui dit que lorsqu’on fuit, c’est toujours dans la mauvaise direction.

C’est vrai.

Nous nous retrouvons donc sur une espèce d’étendue verte, entourés par une quinzaine d’elfes (dont les deux poulettes de Tyrion… vraiment je compte l’assassiner !) qui nous regardent avec quelque chose dans les yeux qui doit sans aucun doute dire « pas content pas content pas content ».

« Dis moi Anhyanka, tu penses que Nadine va accepter de me ressusciter cette fois-ci ?
- J’espère bien, juste pour avoir le plaisir de te retuer derrière ! ».

C’est alors que l’une des deux elfettes fend la foule de nos assaillants et vient se poster devant nous.

« Vous avez dit Anhyanka ?
- Heu oui, réponds-je perplexe.
- La Anhyanka qui raconte des histoires ?
- Oui enfin sachant que j’en raconte essentiellement à Orgrimmar, je vois pas comment ça a pu arriver jusqu’à vous.
- Aredhel, c’est Anhy, la gaffeuse des histoires ! Viite viens voir !
- Heu mademoiselle Totalfina, je pense que ce n’est pas vraiment le sujet du moment là, dis-je en pointant les elfes qui commencent à s’énerver de plus en plus.
- N’ais pas peur vachette, on va régler ça. Mais avant, j’ai besoin que tu me promettes de venir au bal de Reflet de Lune la semaine prochaine.
- Heu.. je sais pas si….
- Teuh teuh teuh, pas de mais ! A mon signal, vous déguerpissez tous les deux… heu trois… il sort d’où le clébard là ? s’étonne Total.
- Un peu de respect lorsque tu parles de moi, créature inférieure, répond froidement Choupi.
- Bon à mon signal… COUREZ », hurle Totalfina et Aredhel en même temps.

Explosives ces elfettes !

Sur ces mots elles se retournent sur l’assemblée et je ne vois pas bien mais apparemment elles ouvrent en grand leur gilet en cuir, qui j’imagine ne doit rien cacher d’autre que leur anatomie. Les elfettes ….

M’enfin grâce à elles, nous parvenons à activer ma pierre de foyer qui nous sort de ce faux pas.

Enfin je sors de ce faux pas car nous atterrissons dans l’auberge d’Orgrimmar et un chasseur elfe de la nuit (même si c’est un faux maquillé) dénote un peu dans le décor. Comme d’habitude je n’ai pas le temps d’intervenir que le pauvre Tyrion est déjà parti dire bonjour à ma chère Nadine.

Bon c’est pas tout ça mais j’ai une tenue à trouver pour un bal et je n’ai … QU’UNE SEMAINE !

Erf !


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:04

Episode 14 : Le Reflet de l’une, l’ombre de l’autre

C’est ce soir …

C’est ce soir et j’ai toujours pas de cavalier…

Comment ça « quoi ? » ! Le bal de Reflet de Lune ! Vous suivez un peu ? -_-*

Bref. Donc je me pose doucement sur les marches se trouvant en face de la Hutte du grand Cairne, afin de ne pas abîmer la superbe tunique assortie de son kilt, le tout d’une teinte claire, en poussant un soupir long et fatigué. Où allais-je trouver quelqu’un qui accepterait de m’accompagner dans un endroit bondé d’Elfe.

Laissez moi d’abord vous résumer comment, quelques jours plus tôt, je me suis rendue à Sen’Jin où une toute petite échoppe trolle venait. En l’espace de quelques jours, la boutique étroite avait été prise d’assaut par des hordes de Trollettes déchaînées. Je me suis donc présentée devant la hutte sur pilotis, surmontée d’un écriteau « Dolna & Gabacce, cuir importé de Strangleronce ». Mouais ça sonne pas très troll tout ça. M’enfin bon.

« Maaaah, Gabacce, chelli, ouna bonissima vaca vient de lentler, hurle une voix hystérique.
- Gné ? » ne peux-je m’empêcher de souligner.

Un troll fin, moins voûté que ses congénères entre dans la pièce, avec de petites lunettes à bordure épaisse sur le nez. Il porte un très joli ensemble tout cuir rouge sombre avec quelques touches de marron par ci par là, qui donne à l’ensemble une symétrie extraordinaire, tout en gardant un petit côté loufoque. Je l’aime bien lui !

« Et ben, ne soyons pas timiiide ma chelle amie. De quoi avec bézoin ? Ouna robe ? Oune pétite tounique sexy ? Dîtes mouah tout !
- Hmmm, alors comment vous expliquer, commencé-je, me sentant de plus en plus à l’aise dans cette ambiance. Je dois aller à un Bal chez des elfes et vous savez comment ils sont avec leurs corps tout en finesse, etc … En clair, « chéri », j’ai besoin de paraître absolument fabuleuse.
- Oui, oui, yé vois bien cé qué vous voulez », répond-il en me décrivant de haut en bas avec un sourire énigmatique.

Et sans crier gare, il plonge dans son débarras pour en reparaître que dix minutes plus tard, flanqué d’un autre troll semblant plus posé et par conséquent… plus hautain. Sans me départir de la bonne humeur transmise par celui qui semblait être Dolna, mes yeux s’illuminent en voyant la pile de vêtements que me propose le commerçant.

Le paradis existe, et il est en cuir !

« Yé hésité plous d’oune fois quant à choisir ce qui vous irait le mieux chelli. Yé pense qué lé bleu nouit est votle couleur. Cela fela lessoltil vos youeux ».

Joignant le geste à la parole, il extrait un petit haut en cuir vieilli puis coloré à l’aide d’une encre bleu nuit, surmonté de petites dentelles turquoises au niveau de la poitrine. En un mot : parfait.

« J’adooooooooore », ne peux-je m’empêcher de m’exclamer.

A noter que :

MOI : *o*
LUI : $_$

Alors que je me sens au bord de l’org… de la joie la plus absolue, il me sort une jupe légère, de prime abord noire, mais qui une fois mise sous la lumière, reflète par instant une lumière légèrement bleuté. Je suis au bord de l’évanouissement.

Puis, me reprenant, je fais tout empaqueter après un essayage sportif. J’ai ensuite vite abandonné l’idée des chaussures, préférant sentir sous mes pieds le contact de la nature (ce qui sera donc la version officielle ! Pas de commentaires !).

Mais il n’empêchait que je n’avais pas résolu le problème du cavalier. Tyrion ne répondait pas à mes messages, Naumok était décidément réellement aux abonnés absents. Il ne me restait franchement plus grand monde. A moins que …


Quelques heures plus tard à Orgrimmar

« Mouahahahahahahah ! Huhu, mais tu te fiches de moi, MOI t’accompagner à un bal rempli d’elfes ! Eventuellement accompagné de ma hache. Quoi ! Pas d’armes ! Désolé vachette, ce sera sans moi ».

Avrok était quelqu’un de têtu, je le savais avant de venir le voir. Passons au plan B.

« Heu, Anhya, qu’est-ce que … beuawahaargh ».

Si ces elfettes m’avaient appris une chose, c’était le pouvoir des glandes mammaires sur la gent masculine. Profitant de mon effet qui cessera bientôt, je me transforme en ours et…

CHARGEEEEEEEZ. SONNNEEEER.

Femelle : 1
Mâle : 0

Héhé !

« Que fais-tu jeune fille, me surprend une voix.
- Anhya, désolée, il a été plus rapide que moi, s’excuse presque la voix d’Iryx supposée monter la garde pendant la mise au point de mon plan machiavélique
- Ammeno. Laisse c’est entre moi et le gros.
- Oh je n’avais pas l’intention d’intervenir, répond-il avec une grimace se rapprochant avec de l’imagination d’un sourire. Mais je pense que tu vas avoir du mal à le faire rentrer dans ses fringues de soirée.
- T’inquiète, j’ai tout prévu. Iryx, peux-tu faire ce qu’on a dit, dis-je avec un clin d’œil à mon amie trollesse prêtresse. Regarde et apprends qu’une femme n’est jamais prise au dépourvu ».

Iryx s’approche et ferme les yeux. Une lumière sombre entoure ses doigts et Avrok se relève d’un coup. Semblant animé par quelque marionnestiste, il se dirige vers mon kodo et détache un sac d’où il sort un costume de soirée. Calmement et de façon absente il enfile sa tenue de soirée et va s’écrouler lamentablement à l’arrière de mon Kodo blanc. On dira ce qu’on voudra mais le contrôle mental, c’est vraiment abusé !

« Bien, ça, c’est une bonne chose de faite. Merci beaucoup Iryx.
- De rien. Passe une bonne soirée Anhy, me répond-elle avec son plus beau sourire.
- Les femmes… » ne peut s’empêcher de soupirer Ammeno avec une pointe d’humour (mais quand je dis pointe, c’est vraiment une pointounette hein ! On parle d’Ammeno là !).

Bref, une téléportation en tenant mon cavalier de fortune par le bras plus tard, nous voilà au cœur de Reflet de Lune. Je couche Avrok près du Lac et lui asperge le visage avec un peu d’eau. La grosse brute se réveille doucement et me jète un regard blasé.

« Tu m’as assommé, n’est-ce pas ?
- Ouep
- Ensuite tu as demandé à quelqu’un de me contrôler pour enfiler ce truc ?
- Ouep.
- Et j’imagine que là on est à ton bal ?
- Ouep.
- OK. Allons-y ».

J’aime quand un mâle capitule devant moi. Bon là en revanche je sens que sa vengeance sera terrible mais passons.

Je constate, lorsque nous nous avançons dans l’endroit, que la population elfes/taurens est relativement bien équilibrée. Chacun y va de son toast, ça raconte des blagues par ci par là et …

« Anhyyyyyyyy, tu es venue ».

Je devine que Totalfina et Aredhel m’ont trouvé. Je vois deux silhouettes en tenue plus que légère onduler entre les convives pour se rapprocher de moi. Je remarque les bouches bées des représentants masculins elfes se retourner sur les deux créatures, arrachant des regards jaloux aux autres elfettes.

« Sont bien trop maigres ! Comprends pas ces elfes moi », me chuchote Avrok.

Après cette phrase, je culpabilise presque de l’avoir traîné ici de force.

« Totalfina, Aredhel, ça va ?
- Super ! Oh… ma… déesse ! Ce que tu portes est subliiiiime ! s’exclame Aredhel.
- Je te retourne le compliment, m’empressé-je de répondre.
- Et vous êtes ? demande Totalfina en regardant Avrok.
- Avrok. Anhya, dis-moi où je trouve le bar, je crois que je vais en avoir besoin ».

Je pense que c’est à peu près la seule chose que mon fidèle cavalier a sorti de la soirée, préférant rejoindre un groupe de buveur de Thunderbrew, composé à parts égales de taurens et d’elfes, en bavassant sur leurs exploits de guerre respectifs. Je remarque d’ailleurs qu’il fait sensation.

Bref, me retournant vers mes deux nouvelles amies, je reprends ma conversation.

« Alors, vous êtes venues accompagnées ? dis-je, une pointe de sarcasme typiquement féminin dans la voix.
- Oh oui attends que je te montre. Chouchouuuuuuuuuu ! Viens par là ! ».

Ma mâchoire manque tomber au sol lorsque Tyrion, en costume hyper branché dernière mode de Darnassus apparaît devant moi.

Alors que j’allais faire un commentaire cinglant contre le druide corrompu sans son clébard, un silence de mort s’installe dans le petit hameau paisible et une voix stridente retentit dans l’ombre.

« Vous mourreezzz toussss pour m’avoiiiir bafouééééé Mouahahahahaha ! ».

Hmmm ça a comme un air de déjà vu tout ça…

Mais où… ?

La réponse arrive sous forme de couettes, de gros bleu éthérée et de traits de l’ombre qui ont comme cible…

MOI !

Neurone est de retour !

« Alerte au démooooooooo ! » hurle une nelfette en prenant instantanément une forme de panthère et disparaissant à la vue de tous.

Encouragés par l’initiative de leur collègue, tout le monde, à l’exception de Totalfina, Aredhel, Tyrion, Avrok et moi, disparaît comme par enchantement.

Je le sens mais alors pas du tout là.

« Les gnomettes ont vraiment un goût vestimentaire douteux, chuchote Aredhel à Totalfina.
- Mmmh, je crois que c’est génétique chérie »

Le décor disparaît alors tout à coup autour de moi pour réapparaître différent quelques secondes plus tard. Neurone m’avait téléportée à côté d’elle.

Sans rentrer dans les détails, le gros bleu me donne un coup sur le crâne qui me sonne et avant de perdre complètement connaissance, j’ai le temps de comprendre :

« Mouahahahaha, elle paiera pour vous tous. Jamais plus vous ne la reverrez !
- Total ! hurle la voix d’Aredhel. Elle enlève Anh’ !
- Huhu, j’vais manger du gnome moi, je l’sens bien », rugit la voix de mon compagnon d’une soirée.

Et puis noir, plus rien, Anhy dans les vappes.


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:05

Episode 15 : La Laitue Vaincra !

Oh les jolies couleurs qui tanguent devant mes yeux. Ce curieux maelstrom de jaune, de rouge et de bleu caresse doucement mes paupières encore closes. J’ai bien chaud, je me sens à l’aise. La douleur à ma tête se rappelle tout doucement à mon bon souvenir et je sens qu’il est temps d’ouvrir les yeux.

Mon regard se pose tout d’abord sur de l’herbe, aux teintes foncées, couleur probablement inhérente au fait qu’il fasse nuit. Je sens un frémissement dans la faible végétation et un lapin vient se planter devant mon mufle, ses grands yeux curieux écarquillés à ma vue. Il est adorable et je m’autorise un sourire…

… sourire qui disparaît quand le lapinou s’enflamme et explose sous une conflagration.

Bien entendu, je sursaute, atterrit sur mon derrière et regarde la petite chose couettée qui me fait un sourire mauvais.

« Debout Vache inférieure ! Tu as trop dormi, tu ralentis ma conquête ! ».

Mouais, l’est toujours aussi mégalo la démo. Ca doit être génétique.

« Ecoute-moi bien, petite ‘chose’, pourquoi tu m’as enlevée, tu peux pas faire comme tout le monde et me planter une bonne vieille épée en travers du corps ! En plus, j’ai deux trois trucs à dire à Nadine !
- Silence, insolente (mais pourquoi les gnomes sont-il aussi méchant ?). Tu ne saisis pas encore la grandeur et la magnificence de mon plan diaboliquement et esstrêmement génial.
- Quoi, capturer une druidesse dans un bal et l’assommer avec des grandes phrases vides de sens ? En plus, on dit eXtrêmement, pas eSStrêmement ! ».

Je crois que c’est dans ce genre de moment que je comprends les avertissements du genre « Anhy, ne vexe jamais un démoniste. Surtout ceux qui mouahahaha à longueur de temps ». Ce qui en pratique donne :

[Musique du célèbre Baynhi Heal]

Neurone >> Gros Bleu >> Diablotin >> Infernal >> Anhyanka

Le traintrain qui tourne en rond pendant une heure. Le résultat :

- Une poignée de crin arraché
- Une Neurone essouflée
- Un diablotin renvoyé (ben ouais sont en cartons ceux là)
- Heu et il est où l’infernal ?

« Greeeuuuaaabbeuuuuu ».

Neurone et moi nous tournons de concert vers la curieuse onomatopée et constatons avec stupeur que le gros plein de cailloux a échappé au contrôle de sa maîtresse.

Faisons un arrêt sur image pour examiner la situation, voulez-vous ? Il ne reste donc plus que Neurone, l’Infernal diaboliquement démoniaque et moi. Que savons-nous des infernaux et de leurs amis démonistes *place ses lunettes sur son mufle*. Oui, vous la petite elfette là-bas ?
- Heu… ben en fait ils les invoquent.

Hmmm… quelqu’un d’autre ? Prenons une race moins stupide. VOUS là-bas, le troll en robe.

- Maaah. Zi y’ai bien compli cé qué tou nou raconte, lé zinfernos ne restent pas tlès lounetemps sous lé counetroll dé démônistes.

Un point pour Monsieur Gabbacce (oh j’en profite d’ailleurs pour vous remercier à nouveau pour cette très jolie robe !).

Reprenons donc le court de notre récit.

« Neurone, stupide gnomette, fais quelque chose. Il va nous massacrer tous les deux ton roc !
- Erreur créature inférieure, il n’en veut qu’à une personne : moi. C’est moi qui l’ai invoqué.
- Oh … ne puis-je que répondre. Oh ben dans ce cas, bon vent la tordue.
- Pas si vite ».

Et rebelotte, les images horribles, moi qui court comme une demeurée dans tous les sens sans même avoir de raison valable (quoique vu le superbe accroc à cette robe, je suis étonnée de ne pas avoir fait de crise de nerf plus tôt ! Mais passons).

J’arrive tout de même à entrapercevoir la couettée aux prises avec son infernal et je constate avec stupeur qu’en deux coups de cuiller à pot elle le renvoie d’où il vient. Bon j’ai deux solutions : la fuite (après tout, nous sommes les rois pour ça nous les druidoux), ou alors je combats fièrement.

T’façon, fichue pour fichue, la robe craint plus grand chose, il est temps d’affronter la bestiole.

Libérée de son maudit sort, j’adopte rapidement une forme qui me sied énormément, à savoir ma forme féline. Rapide comme l’éclair, je me fonds dans le décor et me prépare à rôder. Neurone ne s’est pas encore aperçu de ma disparition et je me glisse fourbement derrière elle.

Mais alors que je m’apprête à frapper ma cible potentiellement morte dans un futur proche, la terre tout autour de nous se met à trembler, me déséquilibrant d’ailleurs assez pour me faire perdre ma furtivité. Neurone sursaute en me voyant mais a son esprit, tout comme le mien d’ailleurs, plus inquiétée de savoir ce qui provoque ces tremblements.

C’est alors qu’un nuage de fumée apparait à l’horizon, soulevé apparemment par une multitude de créature non identifiée. Généralement, que doit-on faire dans ce genre de cas ? Tout à fait : courir dans l’autre sens. Sauf que ni moi ni la dégénérée ne bougeons et fixons bêtement le rouleau compresseur.

Oui mais voilà, à mesure que le nuage se rapproche, les formes qui le composent se précisent et c’est Neurone qui prononce les mots qui sont sur le point de sortir de ma gorge.

« Des Lapins ? »



Plus d’un millier de lapins nous foncent dessus. Hmmm… mais pourquoi des lapins ?

Tout s’enchaîne très vite une fois cette curieuse découverte réalisée. Une vingtaine de lapins se jettent sur la couettée et la recouvre littéralement sous ses cris déments. Pendant ce temps, le reste de l’armée lapine se dirige vers moi et au lieu de me faire subir le même sort…

… me porte plus loin à l’abri.

Pincez-moi s’il vous plait, je ne sais d’ailleurs pas si je dois rire ou pleurer.

Les rongeurs qui se sont jetés sur Neurone s’écarte pour ne plus laisser apparaître qu’un tas d’os poli et brillant. Note pour plus tard, ne jamais chercher un lapin, ça peut mal finir…

« Mouahahahahahahahahahahaha » retentit une voix cristalline, avec une intonation à la fois proche et très éloignée de feu ma ravisseuse.

Je me retourne pour voir de qui il s’agit et je trouve…

… une elfe, entourée de lapins, un sourire triomphant lui barrant le visage. Curieuse vision, si si j’vous jure. Deux elfettes courent vers elle, en les personnes de Total et Aredhel, suivi par un tauren bourru que je connais bien.

« Huhu, grogne Avrok, ça rigole plus par ici.
- La laitue vaincra mes amis, la laitue vaincra, lance triomphalement ma sauveuse.
- Karren, chouchou, un jour avec Total on t’apprendra à ne pas te débarrasser d’une mouche avec un canon…
- N’empêche, elle est morte la méchante chose à couettes ! » s’indigne l’elfette qui m’a l’air encore plus barrée que ses amies.

Mais comme si ça ne suffisait pas, je vois un régiment de lapins, un voile noir sur les oreilles se diriger vers un petit tas de cendres un peu en retrait. Ils semblent psalmodier un truc (si tant est qu’un lapin psalmodie…hmmm) et recouvre les restes du lapin que Neurone a immolé à mon réveil.

L’elfe surnommée Karren s’approche alors et pose une rose.

« Puisses-tu reposer en paix, princesse Scarole ».

Alors que je suis sur le point d’intervenir pour souligner l’absurdité totale de ce qu’est en train de devenir mon histoire (c’pas ma faute, ce sont les faits !), Total me gratifie d’un coup de coude et d’un sourire indulgent.

« Ne cherche pas, me souffle-t-elle, ou tu vas créer un incident diplomatique avec le Grand Peuple des Rongeurs. Et crois-moi, ce sont des coriaces ! ».

Bon sur ces bonnes paroles, moi je sens que la folie, c’est franchement contagieux, je prends Avrok sous le bras et je m’engage sur la route pour Orgrimmar, après un signe gracieux d’au revoir aux nelfettes.

« Tu sais quoi Anhy, finalement je me suis bien amusé.
- Ah vraiment ? réponds-je franchement étonnée.
- Oui oui, je t’assure, j’ai discuté avec plein de mondes, tu as été enlevée par une démoniste et sauvée par des lapins. Je crois que ça a été la meilleure soirée de ma vie.
- Hmmm… ravie que ça t’ait plu, dis-je pas franchement convaincue.
- Oh et puis tant que j’y pense, tu as l’air d’avoir des relations. Tu penses que tu pourrais m’introduire au palais de la carotte ? »



« Aïieuh, Anhy, me laisse pas attaché, y’a des crocilisques partout ! ».


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:06

Episode 16 : L’assistant personnel

Ayant récemment changé de guilde (non j’ai dit pas de déclaration à la presse ! Rangez moi cette plume à papotte TOUT DE SUITE !), il me fallait m’habituer à cette toute nouvelle famille. Enfin toute nouvelle… je retrouvais tout de même un certain nombre de mes connaissances tels qu’Ammeno, Avrok et compagnie. En bon gros bourrins qui se respectent, ils m’ont bien entendu « intégrée » …

Pour ne citer que ça, j’ai dû :

- Aller faire une déclaration d’amour à Thrall en tenue plus que légère… D’ailleurs, malgré son côté stoïque et son histoire avec cette humaine quand il était plus jeune, il ne m’a pas fixé que dans les yeux pendant toute ma prose…
- Combattre dans la boue avec une orquette bourrue
- Manger toutes sortes d’insectes

Bref je vous fais pas tout le détail mais la vengeance est un plat qui se mange froid… Je suis donc au bord de la rivière furie du sud, à essayer d’enlever une espèce de mélasse que Pha m’a balancé à la figure un peu plus tôt dans la journée, quand une voix caverneuse retentit dans ma tête.

« Hey la grosse !
- Ammeno, pour la dernière fois, JE NE SUIS PAS GROSSE, JE SUIS UNE TAURENE !
- Ouais, si tu veux. Toujours est-il qu’un druide vient de nous lacher et nous sommes en plein milieu d’une zone hostile. T’aurais pas envie de nous rejoindre ?
- Hmmm, pourquoi pas… Attends une minute, c’est encore un piège c’est ça ?
- Non, le boss a demandé qu’on arrête. Ca se perd les traditions, soupire-t-il de sa voix sépulcrale.
- Bon ok, comment je fais pour vous rejoindre.
- Bouge pas la grosse !
- AMMEN…. »

Mais pas le temps de hurler mentalement (c’est d’ailleurs curieux comme expression) qu’un gros Vortex apparaît devant moi et m’aspire sans autre forme de procès.

AAAAAAAAaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAAhhhhhhhh

BoUm

« Aïeuh »

Sur mon fier postérieur, un peu sonnée par le voyage, je reprends peu à peu mes esprits et constate que je suis entourée de plusieurs têtes qui me regardent en souriant. Mais pourquoi ils sourient ces idiots … C’est alors que je me rappelle que j’étais en train de faire ma toilette au bord de la rivière quand le vortex a … oh non …

Courant derrière un buisson, je sors ma tenue de cuir et l’enfile en vitesse. Bravo la première sortie avec la guilde, j’arrive en sous vetements …

La gêne passée, nous nous rassemblons tous autour d’un mort vivant qui a l’air d’être un prêtre. S’il est aussi marrant qu’Ammeno, on est pas sortis de l’auberge.

« Bien, commence Malefisto d’une voix douce. Maintenant que la druidesse est arrivée [Bonjour d’ailleurs, me sourit-il], on va pouvoir s’attaquer à ce sale troll ».

S’en suit une explication particulièrement intéressante sur comment le dézinguer. J’ai pas vraiment tout compris sur son histoire de phase deux ou le mec se transforme, mais qu’à cela ne tienne, on verra sur le tas. En gros c’est une sorte de prêtre bizarre qui veut la fin du monde et est contrôlé par un autre gars tout aussi bizarre qui s’appelle Hakkar. Enfin bref, rien de bien extraordinaire qu’un autre méchant planétaire ne ferait pas.

Forte de ces nouvelles informations, je me concentre et me métamorphose en chat cornu (ces cornes m’énervent toujours autant mais va bien falloir que je fasse avec.

« Heu la grosse, tu fais quoi là ?
- Ben je me prépare à taper, miaulé-je sans relever le « grosse ».
- On a assez de bourrins qui tapent, tu vas devoir soigner.
- Je … oh ! Ah… ok », interjecté-je avec un léger soupir.

Je sens une main sur mon épaule et me retourne pour faire face à… Malefisto.

« T’en fais pas druidesse, à partir du moment où tu surveilles que ton serpent est endormi, tu peux taper la garde du troll pendant qu’on l’occupe. Fais juste attention à pas perdre le contrôle ».

C’est marrant parce que ce qu’il vient de dire est absolument gentil, mais j’avoue que là j’ai une autre préoccupation, il a bien parlé d’un …

…SERPENT !!!!

Quelques secondes plus tard, alors que Pha m’envoie une flasque d’eau invoquée en pleine figure pour me réveiller, je vois Ammeno et Avrok qui ricanent dans un coin. Il était là le piège, ils savent que j’ai une trouille bleue des reptiles. J’entends des « ben on est pas rendu avec elle » ou des « c’ki c’te boulette là ! » et décide de ne pas y faire attention. Je me relève et fais un signe de tête à Malefisto qui sonne le départ à l’attaque.

Avec un cri tonitruant, nos deux guerriers se jettent dans la mêlée et Fafner, notre chef à tous, s’attaque d’emblée à notre cible principale, en l’amenant à l’écart, nous laissant ainsi tout le loisir de nous débarrasser de la vermine.

Dans mon coin, alors que je viens de parvenir je ne sais comment à endormir un énooooorme serpent qui fait minimum cinq mètre de hauteur (oui, c’est mon côté Tarides du Sud qui ressort), je me métamorphose en chaton pour aller aider les autres qui sont aux prises avec des trolls. Mais alors que je prends un malin plaisir à enfoncer mes griffes dans ce tissu si moelleux, je reçois un petit caillou dans le dos.

Je me retourne pour en voir la provenance mais nulle trace de personne (puisque si vous suivez bien, tout le monde se bat !). La projection est bientôt suivie d’une deuxième puis d’une troisième et je repère enfin un palmier duquel semblent provenir les caillasses. Je m’approche donc et étouffe un hoquet de surprise quand un serpent gigantesque m’attrape par la peau du cou et m’attire derrière sa cachette.

Je me prépare à riposter, je montre les dents et les griffes, toussa.

« STOOP Anhy, stop, c’est moi ! entame le serpent qui effectivement n’a pas l’air bien virulent.
- Tyrion ? tenté-je
- Ouep, c’est moi ! me sourit-il en reprenant sa forme d’elfe corrompu.
- M’enfin t’es malade ! Tu m’as foutu une de ces trouilles ! rétorqué-je en reprenant également une forme plus humanoïde. Mais qu’est-ce que tu fais là ?!
- Ben écoute les temps sont durs en ce moment, avec Choupi on commence à manquer d’or et puis il faut dire ce qui est, on est pas vraiment les bienvenus, que ce soit à Orgrimmar ou à Stormwind. Alors on a rencontré ce troll complètement saoul dans un bar de Baie de Butin qui nous a proposé un job.
- Nous ? Je ne vois que toi ici ! Où est Choupi ?
- Il discute stratégie apparemment avec le boss, un certain Hakkar.
- Tu veux dire LE Hakkar que ma guilde et moi on est venu dessouder ?
- J’imagine que oui. En fait le pauvre bougre en a plus qu’assez de se faire tuer en boucle, un peu comme toi finalement qui connaît très bien Nadine…
- T’engages pas sur ce terrain … menacé-je
- .. bref, donc quand Choupi et moi on lui a été présenté (d’ailleurs il est foutrement grand lui !), Choupi a fait une remarque sur la bande d’incapable qui l’entourait et bref Hakkar l’a engagé comme assistant personnel.
- Et toi dans tout ça ?
- Oh moi je voulais un petit job pépère, une transfo par ci, un jet de venin par là. La routine quoi.
- Ouais je vois, soupiré-je.
- Enfin fais attention à toi Anhy, tu connais Choupi et l’idée qu’il puisse conseiller Hakkar ne sent pas très bon pour toi et pour tes amis. Avec un peu de bol, il te verra quand vous arriverez là-bas !
- Avec ma chance… ironisé-je. Bon merci du tuyau et toi aussi va-t-en de là, les gens de ma guilde sont un peu violent et surtout s’ils apprennent que tu es un elfe.
- Bouarf, t’en fais pas, j’ai l’habitude ».

Et sur ce, Tyrion de foncer dans la mélée de mon groupe et de mourir pitoyablement aux pieds de Pha.

*soupir*

Bref il me faut prévenir les guildoux, ça sent la catastrophe sidérale cette histoire. Que ferait Naumok dans ce genre de situation ?

Mais alors que je retourne auprès d’eux, qui dansent déjà autour du cadavre du prêtre troll, une grosse voix se fait entendre et une ombre recouvre le soleil. Tout le monde tourne la tête de concert pour tomber sur l’origine de l’éclipse improvisée…

Hakkar …

« Tu avais raison petit démon canin, grogne le gigantesque monstre, je ne sais pas pourquoi je n’ai pas pensé avant à faire moi même quelques patrouilles par ici.
- Comme l’a dit un jour un illustre inconnu, lui répond Choupi avec son habituelle voix dédaigneuse, on a toujours besoin d’un plus petit et intelligent que soi, sauf votre respect bien sûr ».

Et tous les deux de partir d’un « mouahahaHAHAHAhahahaha » sonore et effrayant.

Rester calme… il faut rester calme


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:07

Episode 17 : Hakkar & Choupi Corp.
Nous en étions donc à :

« Mouahahahahaha », version caniche des enfers remixé avec un gros monstre reptilien (aaaAAaaah ndlr) tout rouge et tout rempli de bonne grosses mauvaises intentions. Le sombredogue trône fièrement sur l’épaule d’Hakkar quand il dit :

« Heu boss, il y a une vingtaine de … personnes (ce serait le mot le plus approchant je dirais) devant le cadavre de l’un de tes prêtres, est-ce bien normal ?
- Non, mais ne t’inquiète pas pour lui, il a l’habitude. Je le soupçonne même d’y prendre un certain plaisir. On chuchote qu’il est tombé amoureux d’une gardienne des âmes. Tu sais, les trolls ça fait longtemps qu’ils m’entourent mais ça fait surtout longtemps que j’ai abandonné l’idée de les comprendre ».

Nadine ! Elle fait dans les trolls maintenant ?! Bref …

« Ahem, toussotai-je à l’attention du gros rouge en tentant de garder un semblant de courage.
- Anhy, t’es complètement cinglée !!!!! me balancent à la cantonade Ammeno, Avrok et tutti quanti.
- CHOUPI ! sommé-je le canidé corrompu en ignorant religieusement mes compères, tu peux t’expliquer ?
- Anhyanka, dit-il avec son habituel ton hautain, quelle délicieuse surprise de te voir ici.
- Je peux en dire autant de toi, réponds-je à la consternation générale.
- Oh tu sais, avec la conjoncture toussa, il a fallu se reconvertir.
- Qui est cette boule de poils mon cher conseiller canin ? intervint Hakkar que tout le monde semblait avoir oublié.
- Hey ! répliqué-je, je ne suis pas une boule de poils !!
- Ne vous formalisez pas boss, c’est en quelque sorte une connaissance.
- Je vois, grommelle Hakkar en semblant réfléchir. Mais ça ne me dit pas ce que font tous ces gens par ici. Et si tu veux l’avis d’un connaisseur, ils ne sont pas là pour boire un thé et discuter fin du monde.
- Excusez-moi, monsieur le… gros serpent…humanoïde… rouge…
- C’est Hakkar, Anhy, me chuchote Maléfisto.
- Monsieur Hakkar, rectifié-je. Puis-je m’entretenir quelques minutes avec Choupi?
- Vous promettez de ne pas le couper en rondelles ?
- Vous êtes sur de connaître Choupi ? ironisé-je en me remémorant l’épisode « Choupi au Monastère mange du curé ».
- Ne vous en faîtes pas boss », le calme le méchant chienchien.

Nous nous éloignons donc du petit groupe et du pas-du-tout-petit boss pour discuter sur un chemin de terre. Nous croisons une patrouille de gardes serpents (ewwwh) en train de fumer ce que Naumok avait un jour appelé une « Khlôpe ». A la vue du caniche des enfers, l’un d’eux balance la sienne et tente de prendre une contenance.

« Crabbe, combien de fois il faudra que je vous le dise, le site est devenu entièrement non fumeur, déplore Choupi avec un mouvement de tête. Je suis persuadé que le patron ne serait pas très content s’il l’apprenait.
- Heu d’solé M’sieur Choupi, c’juste qu’la réforme du boss est arrivé si vite.
- Ca ira pour cette fois, mais attention que je ne vous y reprenne plus. Allez patrouiller près de l’entrée du site, il me semble y avoir aperçu un ou deux gnomes.
- Oui chef, scande en chœur les deux sous-fifres ».

Et eux de s’éloigner au garde à vous sans commentaire.

« Et bien Choupi, je vois que tu as fait ton trou ici, commenté-je sur le ton de la conversation.
- Oui, j’avoue être assez fier de moi.
- Et Tyrion dans tout ça, pourquoi lui n’est relégué qu’au rang de simple patrouilleur.
- Et bien si tu veux tout savoir, petite fouineuse, il est en mission, tout comme moi. Vois-tu, il semblerait que Sylvanas ait en quelque sorte un petit béguin pour notre elfe corrompu.
- Sylvanas … Tyrion… heu… HEIN ?!
- Oui je sais c’est dur à croire.
- Oh tu sais, moi j’ai bien assisté aux funérailles d’une princesse des lapins, alors ça ou autre chose.
- Désolé de te paraphraser ma chère, mais… HEIN ?!
- Longue histoire, coupé-je. Revenons-en à ce que tu fabriques ici.
- Oui donc nous avons été chargés par Sylvanas de nous infiltrer à Zul Gurub pour percer ses défenses. Elle envisage un pacte avec Hakkar.
- Attends, on est en plein délire là. Et qu’est-ce qu’elle fait du pacte avec les Zandalar ?
- Tu crois vraiment qu’elle s’intéresse à une bande de troll vaudou ?
- Tu marques un point.
- Et donc, nous voilà tous les deux ici. Mais voilà, le gros rouge a été plus simple que prévu à approcher. Et je dois t’avouer que je commence à prendre goût au fait d’être le conseiller d’un génie du mal. Au final, ce pauvre bougre a juste un léger souci de gestion et d’organisation. En reprenant de façon stratégique l’organigramme des tâches, et d’après un benchmark effectué sur …
- STOP ! le coupé-je en me prenant la tête. Je ne comprends rien du tout !
- En clair, stupide bovidé, je lui apprends à regrouper ses forces.
- Oh… ok. Mais ce ne doit pas être bien bon tout ça, je veux dire, et ma guilde dans tout ça.
- Si tu veux un conseil d’ami, retourne auprès d’eux et dis leur d’activer leur pierre de foyer.
- A ce point là ?! Donne-moi une bonne raison de faire ça !
- Oh si tu veux. Nous avons un meeting, Hakkar et moi avec quelques personnalités remarquables.
- Qui sont … ? »

Choupi me souffle à l’oreille les noms des visiteurs et je ne le laisse même pas terminer que je suis déjà en train de courir en arrière pour rejoindre les autres. Lorsque j’arrive où tout le monde se trouve, la consternation. Hakkar est assis en tailleur avec… Fafner, le chef guerrier de notre guilde en train de « papoter ».

« Non mon cher, je comprends tout à fait votre point de vue, les coups ça me connaît.
- J’aurais jamais cru, dit d’un ton bourru Fafner, avoir un jour avec vous une conversation. Vous voyez c’est toujours la même chanson, on m’envoie me jeter sur diverses créatures pour taper, hurler, menacé voir même insulter. Je crois que ça me fatigue à la longue.
- Le métier de guerrier n’a jamais été facile, acquiesce Hakkar.
- Et pourtant je me souviens d’une époque où nous étions si puissants. J’ai l’impression qu’une puissance supérieure s’amuse à nous affaiblir de mois en mois. M’enfin je vais pas me lancer dans des grands débats sur la r’ligion, pas vrai ?
- En effet, nous pourrions entrer en terrain de désaccord sur ce point ».

Et les deux d’éclater de rire ! Non mais pincez-moi, je crois qu’il faut que je me réveille.

« Ahem, Monsieur Hakkar, interviens-je.
- Anhy, me dit Fafner, on discute là.
- Heu oui Faf’, pas de problème mais moi il FAUT que je TE parle, insisté-je.
- Ah les taurens, soupire-t-il en se levant.
- FAFNER ! C’EST LA CATA ! ne peux-je m’empêcher de paniquer alors que nous nous sommes mis à l’écart.
- Qu’est-ce qu’il y a encore, t’as pas envie de soigner, tu veux taper ?
- Hein ?! Mais non ! Il faut que tu dises à tout le monde d’activer sa pierre de foyer.
- Et pourquoi je ferai ça ? » lance-t-il sur le ton de la conversation.

Mais alors que j’allais répliquer, une trollesse habillée très court avec une longue chevelure blonde arrive en trottinant à côté d’Hakkar.

« Monsieur le boss, glousse-t-elle, vos rendez-vous sont arrivés, ils vous attendent au sommet du temple.
- Merci Chaarhône ».

La panique me prend alors et moi je prends Fafner par les épaules pour le secouer comme un prunier.

« Faf’, s’il te plait renvoie les tous !
- Très bien, très bien. Mais toi et moi on reste ici, et tu as intérêt à m’expliquer pourquoi tu m’obliges à faire ça !
- Tout ce que tu veux mais dis-leur de rentrer, insisté-je en pensant tout à coup sans m’en apercevoir à Avrok ».

Ecoutez-moi tous mes amis. Vous devez activer votre pierre de foyer et retourner à Orgrimmar. Apparemment Anhyanka a des informations et d’après elle, nous ferions mieux de rentrer. Je reste ici avec elle pour constater. Et je ne veux pas de commentaires, allez-y de suite.

Pratique ces messages télépathiques communs à la guilde. Bref …

« Bon Anhyanka, maintenant montre-moi et tu as intérêt à ce que ce soit gros.
- Ne t’en fais pas Fafner, j’aurais autant aimé ne pas avoir à te montrer tout ça. Attends une seconde ».

Je me rapproche des buissons et tends la main pour en sortir un elfe par les oreilles.

« Fafner, voici Tyrion, un vieil ami.
- Grmmbl, grogne Fafner. On t’a tué tout à l’heure toi !
- Hmm oui… je me doutais que ce ne serait pas l’amour fou. Tyrion j’ai besoin que tu fasses quelque chose pour nous, tu dois nous permettre d’atteindre le lieu du rendez-vous avec qui tu sais.
- Pour toi Anhy ça sera simple, je te filerai une potion qui va altérer ta forme aquatique pour la transformer en Serpent, mais pour le gros tout vert, ça risque d’être plus compliqué…
- TROUVE ET DEPECHE TOI !
- Ca va, ça va ! Du calme. Elle est toujours comme ça ? » ajoute-t-il à l’endroit de Fafner.

Le guerrier se contente de soupirer et de lui faire un sourire complice. Mouais…

Une potion et un déguisement plus tard, nous voici en route vers le temple.

« Anhyanka, commence Fafner blasé, rappelle-moi de te rétrograder au rang de ‘Eplucheuse officielle de pomme de terre de guilde’.
- Tu exagères patron, gloussé-je, ce déguisement de prêtresse troll te va à ra-vir ! ».
- Ne pousse pas le bouchon… » grogne-t-il.

Nous entamons donc la montée vers le haut du temple en croisant bon nombre de serviteurs d’Hakkar, balançant des « Tiens salut Tyrion » par ci ou des « Hey Tyrion, c’est qui la belle plante avec toi » par là (bien sûr en parlant de Fafner) et nous nous postons donc à l’entrée, juste en dessous du plateau où a lieu le rendez-vous. Un molosse nous arrête.

« Qu’est-ce que vous faites là ? menace-t-il.
- Relax Edgar, ce sont des nouveaux. Trouve-moi Choupi, il nous laissera passer ».

Je constate au passage la présence de créature curieuses tels que des élémentaires de feu ou encore des sortes d’insectes humanoïdes. Bon dieu la rencontre a déjà commencé.

Choupi arrive en trottinant et soupire en me reconnaissant immédiatement. Il fait signe au dénommé Edgar de nous laisser passer et nous tombons en arrêt au moment de découvrir l’intégralité de la rencontre.

« Anhyanka, me souffle Fafner.
- Oui patron, reponds-je sans quitter des yeux les participants.
- Rappelle-moi de ne pas te mettre en doute la prochaine fois »

Fafner semble choqué et ne peut détacher son regard d’Hakkar et de ses « invités ».

« Bien commençons, lance le gros rouge. Ch’thun, Ragnaros, Onyxia, merci d’être venus ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:09

Episode 18 : L’Ambassadrice de la Horde

L’Orc guerrier, chaman, enfin vert quoi mais surtout chef de la Horde tournait en rond dans la petite arène d’Orgrimmar. Il avait fait garder les entrées afin de ne laisser entrer personne. Thrall avait bien entendu demandé à un unique démoniste, seul profession « Hoveure Abuzais » d’après Naumok et d’ailleurs maintenant que j’y pense d’après beaucoup de gens (moi je compte pas, je reste encore fébrile devant l’invasion de Lapins sur Neurone, mais passons …).

« Pourquoi m’as-tu fait venir Thrall, retentit une voix de l’entrée, à la fois suave et sépulcrale.
- Sylvanas, tenta de sourire l’orc. Je suis autant dans l’expectative que toi. L’un de mes guerriers a demandé un conseil des chefs.
- Et tu nous fais déplacer sur la demande d’un… misérable guerrier ? ».

Thrall voulut répliquer mais se ravisa. Moi j’étais déjà bien contente que personne ne me remarque, cachée dans l’ombre en forme féline. Je …

« Et pourquoi cette animal est-il là à nous observer », tonna Sylvanas en me pointant du doigt.

Oups.

Alors que je me métamorphosais pour me présenter (à nouveau il me semble) à la Reine des Damnés (oh dis donc, ça pourrait faire un chouette titre de parchemin ça !), une sorte de tornade pénétra dans l’enceinte.

« Thrrraaall, mon ami », tonna la grosse voix grave de Cairne.

La grosse masse poilue de Cairne se précipita vers le chef Orc et l’étreignit franchement. Etreinte rendue avec une joie évidente par le gros vert. Si c’est pas mignon franchement ? Cairne fit volte face et gratifia la Banshee d’un sourire quelque peu forcé.

En gros, elle a pas la côte elle.

« Oh Anhyanka, dit le chef des Pitons du Tonnerre (ouais y’a un espèce d’hurluberlu qui a décidé de renommer les villes …), qu’est-ce que tu fais ici ? Tu passeras mes hommages à ta mère.
- Bonjour M’sieur, rougis-je comme si j’étais retombée en enfance. C’est en quelque sorte à cause de moi si vous êtes tous là.
- Où est Fafner, sembla s’impatienter Thrall.
- Heu… c’est moi qui doit vous faire un compte rendu. En fait c’est intéressant comme question voyez-vous. Parce que je ne sais pas si …
- Druidesse, veuillez ne pas vous répandre en verbiage inutile et en venir au fait, me coupa Sylvanas d’un ton glacial.
- Bien Madame. Je crois savoir que vous connaissez un certain Tyrion et son acolyte Choupi, n’est-ce pas ?
- Oui, fut décontenancée Sylvanas. Comment… ?
- Ce sont deux amis à moi.
- Je vois, me fusilla-t-elle du regard. Messieurs laissez-moi vous expliquer. J’ai envoyé deux agents s’infiltrer chez Hakkar pour obtenir des informations précieuses pour nos trois grands peuples.
- Hmmm, rumina Cairne, si tu le dis Sylvanas. Ah oui d’ailleurs tant que j’y pense, tu pourrais demander à tes « sujets » d’aérer un peu les bassins de la vision, y’a une drôle d’odeur qui s’en échappe depuis une bonne semaine déjà !
- …, se contenta de ne pas répondre la Banshee.
- Bon et donc jeune taurène, enchaîna Thrall, pourquoi nous dis-tu tout ça ? ».

J’étais justement en train de me dire que la nouvelle allait sans doute être dur à digérer pour les dirigeants (essayer de dire ça 20 fois très vite pour voir !).

« Heu…, commençai-je, comment vous expliquer ce que nous avons vu avec Fafner…
- Trouve Anhya, me sourit Cairne.
- Oui tachez d’être cohérente jeune créature ! siffla Sylvanas.
- Et bien voilà, enchaînai-je un peu piquée au vif, nous avons été témoin avec Fafner d’une réunion des plus inquiétantes entre Hakkar et ses nouveaux associés.
- Ces associés étant… ? » s’impatienta Thrall.

Je déglutis doucement avant de balancer la sauce.

« Onyxia, Ragnaros et Ch’thun »

Êtes-vous déjà allé au musée Grayv’hain de Baie de Butin ? Mais si vous savez, le musée où y’a les statues en cire des personnages célèbres toussa ! Voilà, et ben à ce moment précis, j’avais bien l’impression d’y être. Les trois chefs restaient prostrés et tentait de digérer l’information.

« Cette chose fabule, j’en suis persuadée, lâcha enfin Sylvanas, visiblement troublée.
- Anhy, es-tu sûre de ce que tu dis ?
- Mais c’est pas possible cette manie de jamais me croire, explosai-je. Heu… enfin je veux dire, oui monsieur, enchainai-je en baissant les yeux.
- As-tu des preuves ?
- J’ai pris un gnomaroïde sans que les gardes me voient. Regardez plutôt ».

Et effectivement, le conseil des « grands méchants » se tenait autour d’une table basse (enfin haute pour nous, sont grands les pabôs) avec du thé et des petits gâteaux. On note d’ailleurs qu’Onyxia a pris un peu de poids ces temps-ci mais passons !

« Bon que faisons-nous, lacha enfin Thrall.
- Je pense que c’est clair, nous devons en parler aux dirigeants de l’Alliance, répondit Cairne.
- Ces taurens pacifistes, souffla exaspérée Sylvanas. Pourquoi ne pas les laisser se faire dévorer par tout ce petit monde et ensuite proposer un pacte ?
- Mais bien sûr Sylvanas, ironisa Thrall, alors par contre tu vas aller toute seule comme une grande aller expliquer à tous nos chefs de guerre et de guildes qu’on les envoie tuer la grosse ou Ragna pour des prunettes depuis des années ! Si tu le permets, je veux être assis au premier rang quand ils te jetteront des tomates.
- Impudent ! s’exclama-t-elle indignée. Dois-je prendre ça comme un acte de guerre contre mon peuple.
- Rhoooo tout de suite les grands mots, éclata de rires Cairne. Sylvanas, ne le prends pas mal, les orcs ont un humour particulier, tu le sais, ajouta-t-il avec un clin d’œil à son ami.
- Hmmm, soit je ne relèverai pas, dit-elle d’un ton hautain. Et qui va contacter l’Alliance ?
- Ahem, toussai-je.
- Oui jeune druidesse, répondit Thrall.
- Je connais quelques elfettes du côté de Darnassus, je peux p’tête leur demander d’en parler à Tyrande ?
- Qu’elle est merveilleuse, me sourit Cairne, et c’est une Taurène !
- Si tu le dis, soupira Sylvanas.
- Bien, c’est entendu, conclut Thrall. Tu seras notre ambassadrice pour la Horde. Va trouver tes contacts et organise la rencontre. Sur ce, bonne journée à tous ».

Heu… QUOI ?!

Pfff même pas le temps de répliquer qu’ils sont tous déjà partis les grands pontes ! Enfin, c’est tant pis pour eux, ils ne savent pas qu’ils viennent d’embaucher la personne la moins diplomatique de la Horde… quoique Avrok est pas mal dans le genre non plus.

Un vol de Wyverne, une intrusion furtive à Auberdine, un tour de bateau et le passage du sas de Darnassus plus tard, me voilà camouflée à chercher les deux elfettes hystériques dans Darnassus. Et où pourrais-je bien les trouver d’après vous ?

« Noon Aredhel *hips*, t’as pas l’droit d’dire ça *hips*, ce porte jarretelle va super *hips* bien avec cette jupette en cuir sombre ».

Ivres… Hmmm je soupçonnai l’hydromel d’y être pour quelque chose… M’approchant d’Aredhel discrètement dans la taverne bondée, bien évidemment lovée sur le corps de ce qui semblait être un superbe éphèbe humain plaqué d’or (z’ont aucun goût ces elfettes !) et surtout considérant que Total n’était pas apte à me comprendre, je toussotai en direction de la demoiselle.

« Anhyyyyyyyyy » hurla-t-elle sans attendre, faisant de moi le point d’attention général. Et croyez-moi, ça fait drôle vingt cinq alliés qui vous regardent, étonnés, en même temps.

Une diversion mammaire plus tard, nous nous retrouvons un peu à l’écart dans Darnassus.

« Noooon, tu es l’ambassadrice de la Horde ! La claaaasssee ! Mais tu t’es choisie une tenue pour les évènements officiels toussa ?
- Heu… non ! Je savais que j’aurais du faire un saut chez Dolna et Gabacce !
- C’qui ça *hips*, demanda légitimement Total.
- Deux trolls très en vogue dans la Horde ! Enfin bref, maintenant que vous savez tout, vous pouvez me conduire à Tyrande ?
- Hmmm, réfléchit Aredhel, ça va pas être du gâteau ma chérie. Elle est drôlement bien entourée par des gardes pas sympa du tout, et surtout habillés à la mode d’il y a deux ans… ils pourraient faire un effort les fonctionnaires tout de même.
- Arf, me contentai-je de répondre. J’ai une idée. Va la trouver, annonce-lui que je suis là (et hésite pas à mettre plein de formes, c’est mon heure de gloire chérie). Si sa bonté n’est pas usurpée, elle devrait même me fournir l’escorte jusqu’au temple.
- OK. Reste avec Total, elle va veiller sur toi ! répondit-elle en s’éloignant déjà.
- *hips*
- Mouais », soupirai-je.

Plusieurs minutes plus tard, occupée à tenir les cheveux de Total qui vomissait tout ce qu’elle pouvait dans le gazon Darnassien, je n’entendis même pas les dix personnes s’approchant de moi.

Un peu surprise je me relevai donc d’un bond, faisant par la même occasion basculer Total au sol dans un « aïeuh Anhy, ça fait maaaaal » sonore. Aredhel se tenait à côté d’une personne encapuchonnée entourée de gardes à l’air menaçant.

« Bonsoir Druidesse Taurène, dit Tyrande en faisant basculer sa capuche et en inclinant légèrement la tête.
- Bonsoir madame, fis-je à mon tour de manière un peu gauche.
- Cette jeune elfe est venue me trouver pour m’annoncer ta présence et une partie de ton message. Ce qu’elle dit est vraie, cette alliance contre nature a bien eu lieu ?
- J’en ai peur, répondit-je gravement en tâchant de garder mon calme face à la situation et surtout les frusques atroces que je portais. C’est la raison de ma présence ici. Thrall, Cairne et Sylvanas souhaite vous rencontrer pour vous informer de la situation et proposer une alliance … heu à l’Alliance.
- Bien, je dois en informer les autres dirigeants. Tu peux néanmoins informer tes chefs que j’accepte à titre personnel cette entrevue. Je respecte ce pas vers nous et ne ferait pas l’affront de refuser cela.
- Bien madame, je transmettrai votre message.
- Quel est votre nom jeune druidesse ?
- Heu… Anhyanka.
- Et bien Anhyanka, je vous remets cet anneau. Il porte mon sceau et vous donnera accès à ma cité. Vous n’aurez plus à utiliser de stratagème pour m’atteindre, me sourit-elle.
- M…Merci, balbutiai-je.
- Je prends congé maintenant. Qu’Elune vous porte Anhyanka ».

Et hop la Grande Prêtresse de repartir vers son temple. J’avoue être restée prostrée un petit moment. C’pas tous les jours qu’on cause à Tyrande quand on est de la Horde !

Aredhel s’approcha de moi et me regarda avec de grands yeux.

« Ouaaaaah
- Quoi, me réveillai-je de ma torpeur.
- Tu asssuuuuuuurres en ambassadrice, c’est diiingue.
- Ah tu trouves, répondit-je fière de moi.
- Bon il manque toujours les aménagements vestimentaires et un bon gommage mais dans l’ensemble c’était plutôt bien ! ».

Une petite gorgée d’hydromel plus tard (ben ouais maintenant j’ai mes entrées mouah !) je m’apprêtais à partir quand tout à coup :

« Heu Anhy, va falloir activer les négos là je crois, souffla Aredhel en regardant le ciel.
- Ah ? Pourquoi ça ?
- Parce que Pupuce en a décidé ainsi, répondit-elle en montrant le ciel ».

Une nuée de petits dragonnets noirs venait d’apparaître et entourait un énorme monstre non moins noir, draconide et surtout avec un œil vicieux.

Onyxia.

« Oh bravo » ne pus-je que m’exclamer.


Dernière édition par le Mar 24 Juil - 8:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:10

Episode 19 – Ah bon !
Grands dieux que son dos lui faisait mal !

« Hector, un coup de chaud sur Maman s’il te plait »

Le petit dragonnet s’exécuta dans un léger soupir et cracha un léger flot de flammes sur le dos endolori de la Mère de la flottille.

Onyxia, la redoutée (enfin pas tant que ça à en croire Nadine qui a souvent pris un pot avec elle), survolait Darnassus avec comme seul objectif une boule de poils. Elle ne mit pas longtemps à localiser son objectif parmi ces elfes répugnants et maigrichons. Dans un geste lascif, elle piqua vers le sol.

*

« Anhy bouge-toi ! hurla Totalfina. Elle te fonce dessus.
- T’inquiète pas, m’indignai-je, j’ai la situation en main ».

Enfin en main, c’est vite dit parce que la dite Pupuce, elle, semble également avoir confiance dans sa descente. On arrête pas de me répéter qu’en forme d’ours, j’encaisse mieux les coups, mettons donc cette théorie à l’épreuve.

« Aredhel, Total, vous me soignez, moi je la retiens pendant que la ville est évacuée ».

La bouche grande ouverte, les deux bimbos s’exécutèrent et se mirent en position tandis que j’adoptais ma forme. Onyxia approche et est enfin à portée de charge.

CHAAAAAAARRRRGGGGGGEEEEZZZZZZZZ

Me v’là donc devant la grande, à hurler tous mes diables, à balancer des coups de pattes autant que je peux en espérant que cela laisse le temps aux autres de s’enfuir. M’enfin c’est quand même drôle parce que je ne reçois ni coups, ni soins.

« Ours à corne, calme toi, me somma la dragonne.
- Mais … Dites les filles je vous sens pas super active au soin là !
- Et pourtant, dit Total en montrant Aredhel, elle soigne. Enfin elle essaie quoi !
- Mouais. Beuaaaaaarrrr, rugit-je en me tournant à nouveau vers Pupuce.
- M’enfin vous allez vous calmer stupide créature à poils !
- Hey, protestai-je en reprenant ma forme de « créature à poils ». Pourquoi vous êtes là dans ce cas ?
- Pour t’enlever ?
- Pour quoi ??!! ».

Hop, ni une ni deux, la Pupuce m’assomme, crache un long jet de flamme vers les deux elfettes et s’envole avec ma carcasse sous le bras pour disparaître dans le ciel.

« Tu vois Total, dit Aredhel noire de suie et un léger filet de fumée s’échappant de ses cheveux carbonisés, quand je te disais que cet équipement Airèfe était bon, je te mentais pas.
- aaAh HeuU
- Total ?
- Je… l’ai … pas… mis ce matin… agonisa-t-elle sur le sol.
- Ton sens de la mode te perdra un jour tu sais ! ».

*

Caverne d’Onyxia, un peu plus tard

« Je vois vraiment pas pourquoi vous m’avez amenée ici ! dis-je pour la centième fois en tournant en rond. Vous voulez pas me tuer qu’on en finisse ?!
- Patience, jeune créature, patience ».

Grrrrrrrrr mais pourquoi elle me garde là. En plus y’a un de ses dragonnets qui me regarde bizarre je trouve. Enfin bon.

« Dans ces conditions, on peut tuer le temps ? demandai-je sans grand espoir.
- Hmmm… hésita-t-elle, pourquoi pas. C’est vrai que j’ai pas souvent de la compagnie ici. Mes gardes sont d’un ennuyeux.
- Si vous le dîtes…
- Oh si je vais vous raconter la fois où j’ai éventré un orc avec mes griffes et où je l’ai ensuite pendu par ses tripes et …
- Oui, on parlera de nos exploits respectifs une autre fois si vous voulez bien, dis-je avec un soupçon de dégoût dans la voix.
- C’est dommage, cette histoire était très intéressante.
- Et si nous parlions de vous plutôt !
- Non moi c’est Onyxia, Pluteau c’est le chien de Miquay, un ogre qui vit dans un château.
- Oh pardon, ce sont ces négos, toute cette pression.
- C’est naturel, aquiesça-t-elle.
- Oui donc, comment en êtes-vous venue à vous associer avec Ragnaros, Hakkar et Ch’thun ? C’est plutôt curieux de vous voir tous ensemble non.
- Oui et non pour dire la vérité. On se connaît depuis un sacré bout de temps et certaines semaines on part tous ensemble en vacances, sacrifices humains compris. Et puis c’est Ragna qui a un jour lancé la blague « T’imagines la tête de ces idiots si on s’associait ! ». On a tous souri et puis l’idée a paru bonne. Et nous y voilà.
- Je vois je vois. Et donc je suis ici pourquoi ?
- Qu’est-ce que vous êtes curieuse !
- Oui on dit souvent ça de moi…
- Et bien notre plan paraissait formidable, invasion du monde, massacre à échelle planétaire, villes à feu et à sang, bref le paradis sur Terre ! Et v’là t’y pas qu’on entend parler d’une créature à poils qui a été témoin de notre entrevue et s’en va raconter ça à ses chefs. Résultat : plus d’effet de surprise ! ».

Faut dire que j’ai voulu savoir moi, maintenant faut assumer d’avoir mis Pupuce en colère…

« Et pourquoi vous ne me tuez pas ?
- Si ça ne tenait qu’à moi ma petite, vous seriez déjà sous forme de méchoui mais il m’a convaincu du contraire.
- Qui ça « il » ? »

Comment ça « qui ça il », évidemment ça ne peut être qu’une seule personne. Enfin quand je dis personne…

« Anhyanka, retentit une voix hautaine, est-ce qu’un jour tu vas apprendre à ne pas ouvrir ce charmant muffle !
- Choupi. Que voulais-tu que je fasse à ton avis ?
- Hmmm… ne pas ouvrir ton charmant muffle ?
- Tu te répètes là !
- Merci madame de vous être donné la peine d’aller chercher ma jeune amie. Seule quelqu’un de votre envergure et de votre puissance pouvait effectuer pareil mission.
- Oui je sais, soupira d’aise la grosse dragonne. Prenez congé maintenant, c’est l’heure de la sieste et je sens que je vais avoir un peu de visite ! ».

Nous avons donc tous les deux pris congé de la bête. Honnêtement, je ne sais pas ce qui est le plus effrayant : avoir été en compagnie d’Onyxia en tête à tête ou me retrouver maintenant avec celui qui a manipulé les plus « gros méchants » de ce monde.

*

« Quoi ! » hurla Avrok à l’attention des deux elfettes camouflées sous trois tonnes de tissus !
- Je t’avais dit qu’il se mettrait en colère Total, tu veux jamais m’écouter !
- Et tu voulais qu’on en parle à qui d’autre à ton avis. En plus, Anhy partie, faut bien transmettre au gros orc vert les paroles de la Grande Prêtresse Tyrande !
- On peut en revenir à Anhy, bande d’elfettes décérébrées ! ».

J’avais pourtant prévenu Avrok de ne pas utiliser de mots compliqués sans en saisir le sens. Après un déluge d’éclats lunaires et un aller-retour Nadine, il consentit enfin à conduire les deux demoiselles auprès du chef de la Horde.

« Lok’thar, rugit le grand Thrall.
- Oui bonjour aussi, gloussa Aredhel, nous sommes venues vous présenter les hommages de la Prêtresse Tyrande qui accepte de parler aux responsables de l’Alliance.
- Très bien mais où est passée ma taurène ambassadrice ?
- Hmmm… hésita Totalfina, Pupu… enfin Onyxia l’a enlevée…
- QUOI ! hurla-t-il.
- Oui je sais, ça fait un choc, s’attrista Total, mais faut dire qu’une taurène à Darnassus, ça se voit comme le mufle au milieu de la gueule.
- Avrok, trouve-moi cette Anyssa
- Anhyanka monsieur, rougit-il. Anhyanka.
- Oui peu importe. Part à sa recherche et emmène un peu de renfort.
- Bien monsieur.
- Quant à vous, merci d’être venue. Tyrande est sage et le montre chaque jour.
- Je peux vous demander quelque chose ? osa Aredhel.
- Oui ? grogna Thrall.
- Ben voilà, c’est que Anhy a eu un pendentif de Tyrande lui donnant libre accès à Darnassus. Nous pensons avec mon amie ici présente qu’il serait de bon ton de nous fournir un artefact du même ordre pour vous transmettre sans problème les informations ».

Quelques minutes plus tard, sautillant comme des sauterelles gangrénées, elles exhibèrent leur badge à Avrok qui soupira.

« Bon les nymphettes, vous m’accompagnez. Je récupère Ammeno et on y va ».

*

« Ah bon !, m’exclamai-je.
- Et oui ! Tu croyais vraiment que j’allais conduire le monde à sa perte, toussa toussa, me répondit Choupi.
- Tu me donnes le droit de ne pas répondre à la question ?
- Bref ! Maintenant que tu sais tout, tu vas me laisser faire sans broncher ?
- Tu me donnes le droit de ne pas répondre à la question ?
- Toi aussi tu te répètes. Je n’ai qu’une consigne : RESTE EN DEHORS DE CA ! »

Et sur ces mots il me laissa au milieu des tarides. J’avais donc toutes les explications. C’est juste bête que vous soyez arrivés à la fin de la conversation…

^^

Je ne vis malheureusement pas la grosse masse informe poilue se jeter sur moi.

« Tout le monde en position, je la tiens ! Onyxia ne doit pas être loin, ça doit être un piège !
- Heu Avrok, tentai-je de dire sous la masse malodorante. Je suis saine et sauve, Onyxia m’a laissé partir.
- Oh… dit-il en se dégageant. Et pourquoi ?
- Attendez, je vais vous expliquer. Alors en fait… ».

*

« Ah bon !, s’exclamèrent Avrok, Ammeno et les elfettes de concert.
- Et oui ! ».

Ils en restèrent bien entendu bouche bée.

« Emmenez-moi voir Thrall, je dois tout lui expliquer ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thanös



Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 24/07/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mar 24 Juil - 8:12

Episode 20 : Le vrai Choupi

« C’est une blague » me lança Thrall, plutôt blasé.

Mes compères m’avaient tous ramenés saine et sauve à Orgrimmar pour faire mon debrief au grand chef Orc. M’enfin apparemment il avait pas l’air de vouloir me croire.

« Si si j’vous jure. Du coup je me dis qu’on y a été ptête un peu fort en contactant nos ennemis de l’Alliance…
- Anhy ! s’insurgea Aredhel.
- Oh oui pardon, pas toute l’Alliance hein !
- Mouais.
- Bref ! nous coupa Thrall. Mais votre « Choupi » là, pourquoi il fait tout ça.
- Il est un peu mégalo sur les bords à vrai dire. L’idée de contrôler les grands méchants lui plaisait plutôt bien. Je lui avais pourtant dit à Tyrion de …
- VENEZ EN AU FAIT !
- Oui monsieur, rougis-je. Je vous disais donc que Choupi avait réussi par un moyen x ou y, à vrai dire je sais pas trop comment et ne tiens pas trop à savoir, à se placer en conseiller privilégié de ces monstres. Mais le but avoué est de provoquer une sorte de conflits entre eux pour qu’ils s’entretuent.
- Et quel est son intérêt, si je peux me permettre d’intervenir, dit Ammeno, sépulcral comme jamais.
- Là tu m’en demandes trop Amm’, j’ai du mal à comprendre la psychologie des chiens de l’enfer pour être honnête… ».

Mais Ammeno avait marqué un point, pourquoi le petit canidé psychopathe souhaitait voir ces monstres s’entretuer ? C’était une question à creuser.

« Bon, reprit Thrall après un instant de réflexion. Tout ceci me laisse perplexe tout de même. Vous deux, ajouta-t-il en désignant les nymphettes, allez trouver Tyrande et dîtes lui d’organiser une rencontre avec les dirigeants de l’Alliance dans un territoire neutre. Entre la réouverture du portail menant à l’outreterre et les grands fléaux de ce monde, on n’est pas sortis de l’auberge. Ammeno, je te charge de prévenir Sylvanas, Avrok toi occupe-toi de Cairne. En ce qui me concerne, les elfes de sang n’ont pas encore voix au chapitre. Allez, au boulot tout le monde ! ».

Et c’est ainsi qu’il prit congé. Mais et sinon, je fais quoi moi !? Je décidai donc, devant l’indifférence générale, d’accompagner les elfettes à Darnassus. Après tout, j’ai mon laissez-passer, autant en profiter !

C’est alors qu’une main me tapota sur l’épaule.

« Madame Anhyanka ? commença une petite voix.
- Oui ? » sursautai-je

En me retournant je dus baisser es yeux pour découvrir la frêle silhouette qui m’avait prise à partie. Une jeune elfe de sang, toute de plaques vêtue me souriait timidement.

« Je m’y ferais jamais je crois à votre intégration parmi nous, soufflai-je dans un soupir.
- Je ne vous ai pas fait peur au moins ?
- Penses-tu ! Oh et tu peux me tutoyer, ça mange pas de pain. Tu es qui au juste, ton visage ne m’est pas inconnu !
- Je suis Galedhel, j’ai été recrutée par Fafner votre… enfin je veux dire « ton » chef de guilde pour mes talents de paladine ».

Oh lala, je m’y ferai décidemment pas à tous ces paladins dans la Horde. Mais où va le monde, je vous le demande !

« Ok, et donc tu souhaitais me parler pourquoi ?
- Heu… rougit-elle… comment t’expliquer. Avrok m’a menacée de sa grande épée en disant que si quoique ce soit t’arrivait, il me rafraichirait la mémoire quant aux relations elfes/Horde.
- Il est pas croyable ! Je sais même plus si je dois être flattée ou énervée.
- Chérie, intervint Total, c’est leur façon à eux de montrer aux demoiselles qu’ils tiennent à elles.
- Ah il est loin le temps du bouquet de fleurs, philosopha Aredhel.
- C’est entendu Galedhel, tu peux m’accompagner.
- Moi j’ai juste une question, coupa Aredhel, vous autres les elfes de sang, z’êtes pas censés être les personnes les plus antipathiques et suffisantes de la terre ?
- Non, il y a toujours les démonistes humains pour ça, sourit la jeune blondinette.
- Elle marque un point, éclata de rire Total. Je l’aime bien cette petite ! ».

Et nous voilà toutes les quatre en route pour Darnassus.

*

« Choupi, mon fidèle conseiller, que dois-je faire d’après toi ? »

Le canidé pris un moment le temps de la reflexion et jeta un regard vers Arlokk qui semblait pleine de mauvaises intentions.

« Déplacez votre tour à cette endroit maître.
- ECHEC ET MAT’ ! triompha Hakkar. Ahah ma chère Arlokk, ce n’est pas encore aujourd’hui que tu m’auras ».

La possédée se retira en jeta un regard mauvais à Choupi qui la gratifia d’un sourire suffisant. La tension entre les subordonnées du maître de Zul Gurrub et le chien démoniaque s’était accrue ces derniers temps. Une sorte de jalousie malsaine à coup sûr.

« Maître Hakkar, reprit Choupi, je voudrais vous faire part de quelque chose.
- Je t’écoute.
- Voilà, l’autre jour lorsque je suis allé au cœur du magma transmettre vos amitiés à Ragnaros, j’ai surpris une conversation entre deux élémentaires de feu.
- Et … ?
- Et je ne sais pas trop si j’ai bien compris, continua-t-il de son air le plus innocent, mais ils parlaient d’un plan alternatif mené par leur maître, la suprématie des élémentaires, toussa, et semblaient suggérer que Ragnaros prévoit une action contre vous.
- COMMENT ! hurla Hakkar. Es-tu certain de ces accusations graves Choupi.
- Oui maître, s’inclina-t-il, leur discours ne laissait aucun doute.
- ILS ME LE PAIERA ! »

Ces mégalos, pensa Choupi, beaucoup trop faciles à manipuler.

« J’ai une dernière requête maître…
- Bien sûr Choupi, je t’écoute !
- Ne dîtes pas que je suis celui qui vous a mis au courant. De cette façon, je pourrai continuer à rassembler des informations pour vous sans me faire remarquer.
- Voilà une sage idée Choupi ! »

Et de un !

*

« Mais je vous dis que j’ai un pass ! Regardez espèce d’imbécile aux grandes oreilles ! hurlai-je sur le garde qui semblait incorruptible.
- Ce pass ne s’applique qu’à vous, ambassadrice, pas à ce rejeton des Haut Elfes.
- Heu… elfe de sang, tenta d’intervenir Galedhel.
- Peu importe, vous n’êtes pas la bienvenue dans ces murs, insista le garde.
- Laygôlhasse, minauda Aredhel, soit un amour s’il te plait, ces deux charmantes personnes sont des amies.
- Les ordres sont …
- Les ordres, les ordres… siffla Total, ne sois pas si procédurier. Un elfe d’une telle prestance ne devrait pas encombrer son esprit avec ce genre de banalités, nous savons tous que tu vaux bien mieux que ça, non ?
- Je…
- C’est entendu alors, conclut Aredhel, en route les filles ! ».

Le pauvre garde n’eut pas le temps de prononcer un son que nous passâmes toutes les quatre par le portail menant à Darnassus.

« Les hommes sont malheureusement bien faibles, soupira Galedhel.
- Et heureusement pour nous », se réjouit Total.

Alors que nous nous dirigions vers la taverne pour se boire quelques gorgées d'hydromel, un jeune elfe de la nuit courut vers nous et se planta devant Total.

« Madame Totalfina ! commença-t-il essouflé.
- Oui mon petit ?
- J’ai comme consigne de prévenir tous les druides. Il y a une grande réunion à Reflet de Lune, vous êtes attendues sans délai par le maître druide sur place.
- Je vois, je vois, songea-t-elle. De quoi s’agit-il ?
- Je n’en sais pas plus madame !
- Bien ! Anhy, Aredhel, en route. Utilisons notre pierre de téléportation. Galedhel, à très bientôt j’espère !
- Heu… ».

*Schlong… pouf*

Galedhel regarda l’espace vide dans lequel se trouvaient les trois druidesses et fit un rapide examen de la situation.

Elle était une elfe de sang paladine… seule… dans Darnassus.

Erf…

*

« AAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAh »

Pouf

Onyxia se rallongea nonchalamment sur le sol chaud de son antre après avoir grillé le dernier survivant d’un groupe venu pour l’achever.

« Madame, vous êtes toujours d’une efficacité admirable, retentit une voix dans l’ombre.
- Qui est là ? soupira-t-elle. Je n’ai pas fini ma sieste et je deviens vraiment TRES ronchon quand je suis fatiguée.
- C’est moi, répondit Choupi en s’avançant dans la lumière.
- Fais vite petit canidé !
- Je suis venu pour vous faire part de mes inquiétudes concernant mon maître, Hakkar.
- Et bien ? Que lui arrive-t-il à ce bon Hakky ?
- Il perd la tête Madame et j’ai peur que cela remette en cause nombre de vos plans.
- Qu’est-ce qui te fait dire cela petit être ?
- Il s’est mis en tête que Ragnaros va le trahir pour contrôler son armée.
- C’est ridicule, éclata de rire la dragonne. Pourquoi ferait-il une chose pareille.
- Je ne sais pas madame mais il prévoit déjà de se soulever contre vous trois. Il a d’ores et déjà convoqué ses meilleurs éléments pour vous détruire tous les trois.
- TRAHISON ! Et pourquoi tu viens m’en parler ? N’as-tu pas prêté allégeance à ce traître ?
- Je m’inquiète davantage pour la globalité du plan qui me semble ambitieux. Il est regrettable que l’état de l’un d’entre vous vienne compromettre ces plans.
- C’est très sage de ta part, répondit gravement Onyxia. Je vais en informer les autres.
- J’ai juste une dernière requête Madame.
- Je t’écoute.
- Ne dîtes pas aux autres que cette information vient de moi, je voudrais garder ma position auprès d’Hakkar pour vous rapporter à vous directement.
- C’est entendu ».

Ch’thun c’est fait ! Onyxia et Hakkar c’est fait.

Plus qu’un…

*

« Toujours aussi austère cet endroit, nota Aredhel en parlant de Havrenuit.
- Ne sois pas trop dure, répliqua Total, ils ne voient pas grand monde ici !
- On se demande pourquoi… » conclus-je.

Un groupe de druides, toutes races confondues, était rassemblé sur le promontoire au dessus du lac. Les conversations semblaient aller bon train sur la raison d’un tel rassemblement.
« Rejoignons tout ce monde, trépigna Aredhel que la vue d’un beau mâle transporta.
- Les elfettes », soupirai-je.

Le maître des druides se tenait sur une petite caisse en bois, certainement pour mieux appréhender l’assemblée.

« Bien, commença-t-il d’une voix forte. Je vous ai fait venir sur la demande des instances supérieures.
- C’est qui ça, chuchotai-je à Total.
- Un puissant pouvoir nommé Blizzard.
- Je vous présente l’envoyé des puissances, Nairphe le juste.
- Ca sent mauvais… », ne pus-je m’empêcher de souligner.

Un être à forme humaine s’avança mais d’humain il n’avait rien. Couvert de mousse des pieds à la tête, il se contenta de nous regarder avec un regard torve et leva les bras.

« Sur décisions des puissants Dave, j’ai été envoyé pour rétablir l’équilibre. Les druides sont trop puissants. Que le changement opère ! ».

Heu… hein ?

Une vague lumineuse sortit de ses doigts et s’éleva dans les airs pour se séparer en plusieurs volutes dorées. Ces volutes restèrent un instant en lévitation et tout d’un coup, sans crier gare, chacune d’entre elle fondit sur l’un des druides présents et s’insinua en lui.

Tout le monde perdit connaissance, moi compris.

Mais qui c’est ce Nairphe au juste !?

*

Choupi sortit du mont Rochenoire, un sourire carnassier sur les babines. Il avait réussi son pari, maintenant il suffisait de laisser mijoter et de constater le résultat.

Toutes ces années à déambuler sans but dans Tirisfal, il atteignait enfin son but. Après tout, il était démon et en bon démon qu’il était, il voulait conquérir le monde.

Il en était à deux doigts maintenant et grâce à cette idiote de bovidée, il allait y parvenir plus tôt que prévu.

« Mouahahahahahahahahahahaha »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Necro



Nombre de messages : 1245
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 04/06/2007

MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   Mer 25 Juil - 7:16

Mouarf c'est loooong !

Mais ça à l'air de roxxer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude   

Revenir en haut Aller en bas
 
RP: Adoptez la férale (gaffeuse) attitude
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Blog] Derrière la scène: La Smiley attitude !!! La suite
» Tournée générale pour mes 400,000 points
» La Van Damme attitude est vide
» En voie professionelle, je peux retourner en voie générale ?
» Définition fédérale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet chaos :: Divers :: Roleplay-
Sauter vers: